Temps de Lecture : 9 minutes

Découvre mon interview avec la photographe Delphine Cencig. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.

Chaque mois, je te propose 1 ou 2 rencontre avec une personne pour laquelle j’ai eu un coup de cœur.

Pour cet épisode 83, je te présente Delphine Cencig, artiste-photographe et tatou artiste (delphinecencig.com).

Avant que j’oublie, tu peux également découvrir mes interviews avec :

Découvre mon interview avec la photographe Delphine Cencig. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.

Présentation de Delphine Cencig

Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux ou celles qui ne te connaîtraient pas encore ?

Delphine Cencig, artiste photographe.

Je suis quelqu’un de très égoïste dans mon art. Mes photos concrétisent un état de conscience ou un message que je souhaite faire passer à quelqu’un, souvent à moi-même.

Je suis quelqu’un de très égoïste dans mon art. Mes photos concrétisent un état de conscience ou un message que je souhaite faire passer à quelqu’un, souvent à moi-même.

Quand on se lève le matin, la vie a un goût, l’état d’âme, absolument tout est une histoire, même l’insignifiant, l’humeur s’ajoute à l’ensemble.

L’état d’âme est une couleur, les histoires sont celles que l’on a envie de (se) raconter, et l’humeur est une ambiance. Je compose avec tout ça.

Tout est sujet à la création, même le rien et le manque d’inspiration.

Tout est sujet à la création, même le rien et le manque d’inspiration.
« Autoportrait » Delphine Cencig
Autoportrait de Delphine Cencig
Delphine Cencig « Autoportrait »
Autoportrait
« Autoportrait » Delphine Cencig (Graph: Densoner)
Le logo de Densoner pour Delphine Cencig
Logo Delphine Cencig

Ton rapport à la photographie

Peux-tu nous raconter comment tu as commencé la photo ?

J’étais « buildeuse » dans des mondes virtuels.

Dans un de ces jeux, j’ai fait la rencontre de quelqu’un qui m’a transmis l’amour de l’image, c’est devenu par la suite une addiction dans le monde réel.

Peux-tu nous raconter comment tu as commencé la photo ?
« Hold-up » Delphine Cencig (modèle : Joanna Pham)
I will go de Delphine Cencig
« I will go » Delphine Cencig

Comment as-tu apprise la photo ?

En autodidacte, suite à un battle artistique de 3 mois.

Comment définirais-tu ton travail ?

Pour moi, mon Art est un peu comme un journal intime, c’est ma ligne de vie et la meilleure manière que j’ai trouvé pour garder un équilibre.

Combien de temps passes-tu par mois à shooter ?

Quelques heures, une dizaine grand maximum (depuis la COVID).

Comment choisis-tu tes modèles ? Tes lieux de shoots ?

Je fonctionne souvent au coup de cœur, et pour être honnête, en général se sont elles qui me choisissent.

Peux-tu nous décrire le déroulement d’un shooting ? As-tu des astuces pour mettre à l’aise tes modèles ?

La préparation du modèle commence par le maquillage, la coiffure, le stylisme, ensuite la préparation studio et la mise en scène.

Je ne leur demande pas d’être à l’aise, simplement de suivre mes directives.

(Et j’apprécie tout particulièrement le “coté exhib” de certaines, cf. clin d’oeil à viper_dis)

La Crucifixion 2.0 avec Chupp’s, Kermaron et delphine Cencig
« La Crucifixion 2.0 » Delphine Cencig (Modèles: Chupp’s & Kermaron)
La Madone 2.0 avec Chupp’s et Delphine Cencig
« La Madone 2.0 » Delphine Cencig (modèle : Chupp’s)
Le Tombeau 2.0 avec Chupp’s, Kermaron, Aymeric De la Moustachière, Maxime et Delphine Cencig
« Le Tombeau 2.0 » Delphine Cencig (modèles : Chupp’s, Kermaron, Aymeric De la Moustachière et Maxime)
Apart 2.0 tiré de la collection de Fallen Angels pour Free Spirit avec Elodie De Zelac et Delphine Cencig
« Apart 2.0 » Delphine Cencig (modèle : Elodie De Zelac) (Tiré de la collection de Fallen angels pour Free Spirit)

Quels conseils donnerais-tu à un(e) photographe débutant(e) ?

Je lui suggérerais d’apprendre à maîtriser sa technique et ensuite de n’écouter personne d’autre que lui-même.

Quels conseils donnerais-tu à un(e) photographe débutant(e) ?
« Specimen » Delphine Cencig (Coiffures : Jonathan Herzog) (modèles : Sokhna Niang, Caro modèle et Cécile Martin)
Like a robot inspiré du célèbre manga Gunnm de Yukito Kishiro (Alita) avec Romy Bondy et Delphine Cencing (Création postiche: Mc Cabrillet)
« Like a robot » Delphine Cencig, inspiré du célèbre manga Gunnm de Yukito Kishiro (Alita) (modèle : Romy Bondy) (Création postiche: Mc Cabrillet)
Update avec Marc Mandril Ferrario et Delphine Cencig
« Update » Delphine Cencig (modèle : Marc Mandril Ferrario)
Faune  avec Romy Bondy et Delphine Cencig
« Faune » Delphine Cencig (modèle : Romy Bondy)
The doll" avec Romy Bondy
« The doll » Delphine Cencig (modèle : Romy Bondy)

Qui sont les photographes qui t’inspirent ?

Je serais tentée de vous citer le nom des plus grands (LaChapelle, Mapplethorpe…).

Après, très sincèrement, absolument tout est une source d’inspiration, aussi bien la musique que les films, les voyages, les rencontres, les histoires du quotidien, les bons comme les mauvais moments.

Peux-tu nous partager ta meilleure expérience de shooting ?

Mes lives sur scène, c’est un voyage intérieur assez surprenant, on passe de l’angoisse absolue, avant, au lâcher prise, pendant, et l’euphorie, après.

Je ne peux pas dire que c’était la meilleure, mais cette expérience reste inoubliable.

Peux-tu nous partager ta meilleure expérience de shooting ?
« Plastic Beauties » Delphine Cencig, performance Live devant public
(modèles : Chupp’S, Romy Bondy, Vipère Ledom)

Ta pire expérience (Il n’y a pas d’obligation, c’est comme tu veux) ?

Mon amie d’enfance était de passage chez moi et nous avions décidé de la mettre en scène de la même manière que Poulpe Fiction (une des mes œuvres les plus connues).

J’ai décidé de remplacer la tentacule de poulpe par une truite.

Après une courte recherche (Cora) nous avons sélectionné LA truite de qualité qui allait servir pour le shooting.

Une fois arrivé au studio, je prépare mon modèle, j’allume les projecteurs et je lui demande d’ouvrir sa bouche pour y introduire la truite.

Là, elle me regarde avec un air de dégoût et elle m’explique qu’il lui est impossible de gober la tête du poisson (cause: il la regardait fixement les yeux grands ouverts).

On réfléchit et après avoir passé en revue diverses solutions pas très adaptées (telles que des sachets plastiques), nous avons opté pour le port du préservatif DUREX xxl*, une barrière psychologique efficace.

On se prépare pour la mise en scène et au moment de coller la queue du poisson contre sa joue, j’ai réalisé que j’avais oublié de le vider…

C’était en été en pleine canicule, il faisait 40 degrés dans le studio, je vous laisse imaginer la suite…

En réalité, tous les shootings ont une histoire.

Je ne peux pas dire que c’était la pire, mais on se sera bien marré c’est certain.

Ta pire expérience
« Poulpe Fiction » Delphine Cencig (modèle : Chupp’s)
Backstage (Préparation du modèle)
Backstage (Préparation du modèle)
Deep Fish" avec Aline Labejof et Delphine Cencig
« Deep Fish » Delphine Cencig (modèle : Aline Labejof)

Quel photographe me conseillerais-tu d’interviewer ? Quel(le) modèle ?

Nature :

  • Madi, je l’affectionne beaucoup en tant qu’artiste et être humain, elle a un œil pur et du cœur dans son art.
  • Joan Haas, il apporte de la magie aux paysages qu’il capture.

Mode :

Création :

  • Cédric brion est un photographe que j’ai eu l’opportunité de rencontrer. Il a son univers qui lui est propre et c’est quelqu’un d’une gentillesse débordante.
  • Vin GM & Laurent Seyller, des passionnés passionnants,
  • Christophe Benac & Kunthia Phos, particulièrement particuliers, provocants et perturbants,
  • Kytao, une star qui immortalise les stars.

Street photo :

  • Philippe Litzler, il a la faculté de voir les détails que personne ne remarque.

Pour les modèles :

  • Romy Bondy, une très grande modèle et une très grande amie,
  • Chupp’s, elle m’a beaucoup inspirée, une muse hors du commun.

Matos :

  • Steve Koenig (steve@photomotep.com) mon dealer d’objectif.

Ton rapport aux réseaux sociaux

Que penses-tu des réseaux sociaux ? Comment les utilises-tu ?

Je pense qu’ils sont de très bons outils de communication. Je les utilise pour partager mon art, mais rarement ma vie personnelle.

Combien de temps en moyenne chaque jour ?

je dirais 3h en moyenne.

Ton réseau social préféré ? Pourquoi ?

Facebook, il me permet de rester en contact avec mes proches via Messenger.

Ton rapport au voyage

Tes 3 coups de cœur en France ? Pourquoi ?

Mulhouse, Paris, Strasbourg…

  • Mulhouse parce qu’il s’agit de ma ville natale et que j’y ai pratiquement tous mes amis,
  • Paris pour les opportunités professionnelles,
  • Strasbourg parce que j’y ai fait une partie de mes études.

A l’étranger ?

J’affectionne l’Asie, pour ses paysages et sa culture.

Le désert du Sahara qui était un de mes plus beaux voyages, j’ai aimé y passer mes nuits, on a la sensation d’être seul au monde et le plus beau ciel étoilé qui m’ait été donné de contempler.

L’Ouest Américain pour la diversité de ses décors, ses plaines désertiques, ses couleurs variées et cette sensation d’infiniment petit face à l’infiniment grand.

Comment prépares-tu tes voyages ? As-tu des rituels avant de partir ?

Je ne les prépare pas, je préfère me laisser surprendre.

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?

L’Asie, j’envisage de m’y installer.

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?
« Innominate II » Delphine Cencig (modèle : Davoriin Doorian Sauvage)
Oracle" avec Davoriin Doorian Sauvage
« Oracle » Delphine Cencig (modèle : Davoriin Doorian Sauvage)
Innominate I avec Davoriin Doorian Sauvage et Delphine Cencig
« Innominate I » Delphine Cencig (modèle : Davoriin Doorian Sauvage)

La carte blanche de Delphine Cencig

Actuellement je fais des photos artistiques de mes tatouages sur les corps.

Suite à la pandémie, mon Art à pris une autre tournure. Pendant le confinement, je me suis retrouvée en pénurie de “matière première” (modèles) et je me suis naturellement remise à l’illustration.

Mon travail tournant exclusivement autour du corps, j’ai allié mes compétences pour me concentrer sur ce qui semblait une évidence : l’Art du tatouage.

Aujourd’hui je fais de l’Art sur des corps au lieu d’utiliser les corps pour faire de l’Art.

Avant, le corps était sujet, maintenant le corps devient support.

La carte blanche de Delphine Cencig
Carte blanche
Carte blanche 2
Carte blanche 3
Carte blanche 4

Où retrouver Delphine Cencig ?

Tu peux retrouver Delphine Cencig sur :

Un grand MERCI à Delphine pour sa confiance et pour toutes les photos qui ont servi d’illustration à cette interview.

Le savais-tu ? Chaque article me prend entre 4 et 5 heures de travail, soit 31,32€ au SMIC horaire net. Je m’en fiche royalement car j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cet article pour toi. Pour m’encourager, laisse-moi un petit commentaire sur cet article et partage-le avec un(e) ami(e) qui aime la photographie. Cela ne te prendra que quelques secondes et cela me fera extrêmement plaisir. En plus, cela aidera mon site a être mieux classé dans Google.

Guillaume Servos

A toi, quelle question aimerais-tu poser à Delphine Cencig ?

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

Découvre mon interview avec la photographe Delphine Cencig. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.