Pinterest Tag -->
Temps de Lecture : 10 minutes

Découvre mon interview avec la modèle-photo err0r_stats (Aesalya). Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.

Chaque mois, je te propose 1 ou 2 rencontre avec une personne pour laquelle j’ai eu un coup de cœur.

Selon mon invité, l’interview s’articule autour de la thématique de la photographie, du voyage, du street art, du marketing ou des réseaux sociaux.

Pour cet épisode 73, je te présente err0r_stats, modèle-photo (patreon.com/Err0r_stats) connue également Aesalya.

Avant que j’oublie, tu peux également découvrir mes interviews avec :

Présentation de err0r_stats

Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux ou celles qui ne te connaîtraient pas encore ?

Je traîne sur les internets depuis maintenant des années sous ce même pseudo, err0r_stats.

Crédits : @florencerivieres et err0r_stats
Crédits : @florencerivieres et err0r_stats

Lorsque j’ai commencé à poser, il m’a paru tout à fait logique de continuer à l’utiliser, vu que la diffusion de mon travail se passe majoritairement là.

J’y ai associé un autre nom, Aesalya, qui peut s’apparenter à un prénom, qui me sert maintenant un peu d’alter ego digital.

Cela me permet de compartimenter un peu mes activités, entre :

  • Ma vie personnelle,
  • Mon travail photo,
  • Mon activité sur internet.

Ton rapport à la photographie

Peux-tu nous raconter comment tu as commencé à être modèle ?

J’ai réellement commencé à poser de manière régulière et dans une démarche créative, il y a un peu plus de 2 ans, en mai 2018.

Ton rapport à la photographie
Crédits : @geoffrey.montagu et err0r_stats

J’avais déjà pris part à des projets photo auparavant, mais c’était plus pour rendre service.

C’était des amis qui avaient besoin de quelqu’un pour un dossier ou autre, ou pour des projets plus vastes avec des appels à candidatures libres.

J’ai toujours eu une fibre artistique et créatrice.

Bref, l’envie de faire des trucs de mes 10 doigts, je me retrouvais parfois limitée par mes possibilités de dessin ou d’écriture.

Du coup, j’ai sauté le pas de la photo.

J’ai commencé par faire des autoportraits. Des amies elles-mêmes modèles (ou ayant déjà posées) m’ont donné des conseils, des contacts et puis j’ai contacté des photographes et ça a débuté ainsi.

Que ressens-tu quand tu es seule face à l’objectif ?

Ca dépend vraiment des séances.

Déjà, on est rarement face à.

err0r_stats, que ressens-tu quand tu es seule face à l’objectif ?
Crédits : @hinatea.photography et err0r_stats

Le travail sur n’importe quel projet est toujours orienté par l’échange que j’ai avec le photographe, c’est ce qui rend la chose intéressante.

err0r_stats

Que ce soit pour du boudoir où le but premier est d’être jolie et bien en valeur, très dans la sensualité ou du portrait où je recherche plus à partager des émotions ou jouer sur différentes intensités du visage, ou même pour des séries plus mode/edito où j’explore les possibilités graphiques de l’image, la majorité des photos -et très clairement les plus réussies, vient d’un échange où j’ai proposé une pose.

Le photographe a su la saisir ou proposer une modification pour l’améliorer…

Même si je cherche à détendre l’atmosphère avec des blagues ou un peu de légèreté, quand je pose, je suis principalement concentrée sur :

  • Mon corps,
  • Mon attitude,
  • Comment le photographe y réagit pour ajuster mon travail en chaque instant.

Que ressens-tu quand tu vois les photos de toi suite à une shooting ?

Comme je m’attarde assez rarement sur les photos pendant le shoot, c’est souvent une vraie surprise.

err0r_stats, que ressens-tu quand tu vois les photos de toi suite à une shooting ?
Crédits : @westmat et err0r_stats

J’ai une idée assez globale de ce que ça peut donner, mais quand je reçois les images définitives, je découvre la sélection et le traitement des photos qui renforcent la cohérence de la série que l’on a passé du temps à construire.

Je me retrouve face à un projet fini qui reflète 2 univers, c’est très satisfaisant.

Quel est ton rapport à ton corps ? A la nudité ?

J’ai un corps qui rentre dans les normes : blanc, mince, de taille moyenne…

Donc, je n’ai pas eu de combat vraiment pour l’accepter, vu qu’il est représenté partout.

Evidemment, j’ai des complexes et des phases où il m’insupporte, mais ça fait littéralement des dizaines d’années que l’industrie de la mode et cosmétique apprend aux femmes à détester leur corps pour leur vendre des solutions, alors ce n’est pas très étonnant.

err0r_stats

Si la représentation de mon corps n’est pas politique, le fait de m’afficher nue lui l’est.

Il y a une grande ambivalence sur la nudité féminine.

Crédits : @l.lau.photography et err0r_stats
Crédits : @l.lau.photography et err0r_stats

Lorsqu’elle est montrée par un homme, utilisée comme moyen commercial, c’est anodin. La femme est un objet de contemplation comme un autre.

En revanche, lorsqu’une femme décide volontairement d’être nue, ça choque, ça pose souci.

Le fait de choisir comment utiliser sa propre image, de devenir sujet et non plus objet, de reprendre du pouvoir sur la perception de son corps dérange beaucoup et est énormément reproché par la société. 

err0r_stats

Quelles sont tes limites en matière de photo ?

De manière très prosaïque, je peux difficilement poser plus de 3 h consécutives.

Généralement, je suis trop fatiguée pour continuer à travailler dans de bonnes conditions.

Autrement, je ne fais pas de nu dans l’espace public.

Cela tombe sous le coup de la loi pour exhibition sexuelle, ce que les photographes oublient souvent, notamment la partie des sanctions encourues (jusqu’à 1 an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende, article 222-32 du Code pénal).

En dehors de ça, si le projet m’intéresse et que je suis en confiance avec le photographe, je n’ai pas de conditions particulières.

Peux-tu nous décrire le déroulement d’un shooting ?

Je shoote principalement en intérieur.

Peux-tu nous décrire le déroulement d’un shooting ?
Crédits : @nikokoworld et err0r_stats

Une fois arrivée sur le lieu, je discute un peu avec le photographe pour briser la glace.

Je déballe ce que j’ai ramené en tenues ou accessoires pour commencer à réfléchir à comment les éléments peuvent s’intégrer au projet.

Parfois, c’est à ce moment qu’on change radicalement d’idée.

Une fois la 1 ère tenue convenue, on commence à shooter.

La 1ère demi-heure est souvent plus de l’échauffement. On découvre avec le photographe comment l’autre fonctionne, comment interagir ensemble, on ajuste le set ou la tenue.

Ensuite, la prise de vue dure jusqu’à 2 h (en moyenne) avec des pauses s’ il y a besoin d’un changement de tenues ou de retouches.

En fin de séance, je regarde brièvement le résultat du shooting et j’indique au photographe s’il y a vraiment des clichés que je souhaite supprimer.

As-tu des astuces pour être à l’aise devant l’objectif ?

Ne pas chercher à être quelqu’un d’autre.

Evidemment, on cherche à s’embellir devant l’appareil, mais vouloir tenir un rôle pour être la version fantasmée de soi-même ajoute une pression considérable.

err0r_stats

Etre sincère dans ses poses et ses attitudes permet au photographe de mieux guider la séance et d’obtenir des photos où l’on se reconnaît et où l’on est sublimé bien plus facilement et sereinement que si on essaie “trop”.

Quels conseils donnerais tu à un(e) modèle débutant(e) ?

  1. Toujours demander des retours d’expériences à d’autres modèles vis-à-vis d’un photographe.
  2. Ne pas hésiter à être accompagnée. D’ailleurs si le photographe refuse, c’est un signe pour prendre ses jambes à son cou.
  3. Donner les informations sur le shoot à une personne tierce (nom du photographe, lieu du shooting, heure de début et de fin, type de shoot prévu, etc…) et lui donner des nouvelles régulièrement.
  4. Ne pas boire d’alcool avant et pendant le shoot (même si c’est proposé pour détendre l’ambiance).
  5. Ne pas prendre sur soi si le photographe a un comportement que l’on juge déplacé. Par exemple, s’il ne demande pas la possibilité de manipuler et recoiffe directement, ne pas hésiter à dire qu’il faut demander l’autorisation avant, même si c’est juste pour une mèche de cheveux.
  6. Ne pas hésiter à partir du shoot si le photographe nous manque de respect (dénigrement du travail fourni, dénigrement d’autres modèles, drague…).

Que souhaites-tu montrer à travers tes photos ?

Je ne sais pas vraiment.

Lorsque je prends part à un projet à l’initiative du photographe, je cherche à coller au plus proche de ce qu’il veut exprimer en fonction de ma sensibilité.

Sinon, je cherche surtout à produire un résultat esthétique.

Je n’ai pas forcément envie d’avoir des photos où je suis belle, plus des photos où la composition est intéressante, où on s’y reprend à 2 fois parce qu’on trouve qu’il y a quelque chose qui nous parle dedans.

Qui sont les photographes qui t’inspirent ? Avec quel photographe rêves-tu de shooter ?

Le travail de Togfather, de Nirav Patel, de Marta Bevacqua ou encore de Elinleticia Högabo me fascine dans la beauté des images et des sentiments qui s’en échappent.

J’aimerais évidemment travailler avec eux, mais aussi avec Corwin Prescott, Chris Nutt, Marie Gina ou encore Marilyn Mugot.

Peux-tu nous partager ta meilleure expérience de shooting ?

Je pense que ça doit être avec Solhaan.

On a bossé plusieurs fois ensemble et du coup formé une amitié au fur et à mesure.

Je trouve qu’on s’accorde sur beaucoup de points, que ce soit en démarche artistique ou façon de penser. Les séances avec lui sont extrêmement douces à faire et les photos toujours puissantes.

Ta pire expérience (Il n’y a pas d’obligation, c’est comme tu veux) ?

A mes débuts, un photographe m’a incité à boire, puis exigé une série pornographique, alors que cela n’avait pas été convenu.

Je n’ai jamais reçu les photos.

Quel photographe me conseillerais-tu d’interviewer ? Quel(le) Modèle ?

Je serais très intéressée par lire celle de Tom Liot comme photographe, my.lau comme photographe et/ou modèle et Apostrophia comme modèle.

Ton rapport aux réseaux sociaux

Que penses-tu des réseaux sociaux ? Comment les utilises-tu ? 

J’ai rencontré la plupart de ma vie sociale via les réseaux.

Les opportunités de shootings viennent quasiment exclusivement du réseau que j’ai pu créer à partir de mes réseaux sociaux.

J’ai découvert le travail de gens qui me parle tandis que les auteurs sont à des milliers de kilomètres de moi.

Je ne crache pas dessus.

Par contre la course aux likes et à la visibilité m’agace. Je crée d’abord pour moi et si ça plait tant mieux, sinon tant pis.

Je trouve dangereux de se focaliser sur un compteur à l’algorithme obscur. C’est généralement démoralisant et très destructif.

Combien de temps en moyenne chaque jour ?

Probablement entre 4 et 5h.

Ton réseau social préféré ? Pourquoi ?

Probablement Twitter, c’est le plus efficace pour atteindre et rencontrer des gens d’un cercle différent du sien.

Ton rapport au voyage

Tes 3 coups de cœur en France ? Pourquoi ?

Tours, où j’ai beaucoup d’amis et une de mes tatoueuses favorites, Goutte Noire.

Rouen, où une amie m’avait invitée à passer un weekend à la fin de mes études et où on avait passé de très bons moments.

Nice, parce que c’était les voyages quand j’étais petite pour voir la mer pendant qu’on logeait chez des cousins. Et puis j’aime beaucoup la socca et le sorbet à l’abricot du vieux marché.

A l’étranger ?

L’Estonie !

Mes parents m’y avaient emmené avec mes frères, il y a quelques années et j’ai été fascinée par la beauté du pays et la diversité du paysage.

Comment prépares-tu tes voyages ? As-tu des rituels avant de partir ?

Si je pars seule, je commence à regarder 1 an avant les destinations que j’aimerais, histoire d’imaginer un séjour et de me renseigner sur ce que je pourrais y faire.

Je bloque mes réservations généralement 3 mois avant le départ. Cela me permet de planifier plus précisément :

  • Les visites que je veux absolument faire,
  • Les lieux que je ne veux surtout pas rater…

En plus, cela me permet d’avoir une fois une base solide pour ne pas perdre des heures à chercher où aller ou comment optimiser mon temps, tout en ayant une grande marge de manœuvre pour me laisser porter en fonction de mes pérégrinations.

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?

En avril prochain, je vais partir dans un roadtrip ferroviaire en Suède et Norvège avec ma tante.

C’était un voyage prévu depuis des années qu’on a repoussé plusieurs fois pour plein de raisons et on s’est dit à la rentrée que si les conditions pour voyager avec la pandémie le permettaient, on le ferait enfin l’année prochaine.

Carte blanche d’err0r_stats

Oups pas de carte de blanche d’err0r_stats.

Je mets à disposition de l’invité(e) cette section pour lui donner la parole sur le sujet de son choix sans passer par le filtre de mes questions et mes biais personnels.

Après, c’est une invitation et non une obligation.

Où retrouver err0r_stats ?

Tu peux retrouver err0r_stats sur :

Un grand MERCI à err0r_stats pour sa confiance et son enthousiasme à participer à cette interview.

Le savais-tu ? Chaque article me prend entre 4 et 5 heures de travail, soit 31,32€ au SMIC horaire net. Je m’en fiche royalement car j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cet article pour toi. Pour m’encourager, laisse-moi un petit commentaire sur cet article et partage-le avec un(e) ami(e) qui aime la photographie. Cela ne te prendra que quelques secondes et cela me fera extrêmement plaisir. En plus, cela aidera mon site a être mieux classé dans Google.

Guillaume Servos

A toi, quelle question aimerais-tu poser à err0r_stats ?

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

Découvre mon interview avec la modèle-photo err0r_stats (Aesalya). Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.
err0r_stats : interview à contre-courant