Temps de Lecture : 9 minutes

Découvre mon interview avec Furii Suta, modèle photo alternative et érotique. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.

Pour cet épisode 27, je te présente Furii Suta (@furiisuta) qui évolue dans de multiples univers (nu, fantastique, érotique…).

Avant que je n’oublie, tu peux également découvrir mes interviews avec :

Découvre mon interview avec Furii Suta, modèle photo alternative et érotique. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.

Présentation de Furii Suta

Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux ou celles qui ne te connaîtraient pas encore ?

Hello, je suis Furii Suta.

Depuis 2014, je suis modèle photo. J’évolue dans de multiples univers, les plus éclectiques possibles, même si le gros de mon univers se concentre sur le nu, le fantastique et l’érotique à différents degrés.

Furii Suta
Crédits : Vincent V Boudoir & Furii Suta

Ton rapport à la photographie

Peux-tu nous raconter comment tu as commencé à être modèle ?

J’ai commencé à être modèle via la pratique du cosplay (le fait de se costumer en un personnage précis d’une oeuvre existante, par exemple le Poison Ivy dans Batman) et puis de manière générale, je me suis intéressée à la photo.

J’ai voulu explorer plus d’univers et de style différents, sans m’enfermer dans des personnages particuliers. Je voulais et je veux toujours multiplier les expériences le plus possible.

Le rapport à la photographie de Furii Suta
Crédits : Fineart Boudoir & Furii Suta

Que ressens-tu quand tu es seule face à l’objectif ?

La liberté d’être, de créer avec mon corps et mon visage.

En fait, c’est une expérience assez proche du théâtre que j’ai pratiqué quelques années, mais en plus intime. Je me projette dans un personnage, puis je fusionne avec lui le temps de la séance photo.

Le ressenti de Furii quand elle est seule face à l’objectif
Crédits : AGAC Pictures & Furii Suta

Que ressens-tu quand tu vois les photos de toi suite à un shooting ? 

Je dirais que j’analyse plus que je ne ressens. Je ressens le moment sur le shooting en lui-même.

Le résultat, je l’analyse en regardant en 1er la colorimétrie (ou l’intensité des contrastes quand c’est en noir et blanc) que le photographe a créé.

Pour moi, c’est l’élément dominant qui va donner l’atmosphère à l’univers pour lequel j’ai joué.

Ensuite, je regarde ma pose et mon expression, la lumière sur mon corps, et plus que moi, est-ce que l’intention que je semble donner est mise en valeur ?

Je me détache complètement de mes complexes.

Si la photo me plait, qu’importe qu’il y ait un bourrelet, ou des vergetures qui se voient. Le plus important est l’émotion que la photo transmet, qu’elle soit descriptible ou non.

Le ressenti de Furii quand elle voit les photos d'un shooting
« The Rise of Every Fickle Thing » de @_oyc_ (crepeetcitron.com) & Furii Suta

Quel est ton rapport à ton corps ? A la nudité ?

J’ai commencé la photo à 15 ans. Mon corps a donc changé au cours de ma pratique et mon rapport à lui tout autant.

La photo m’a aidé à dépasser mes complexes, tout en me donnant un fond de discipline pour ne pas trop me laisser aller dans des moments sombres de ma vie.

Furii Suta
Quel est ton rapport à ton corps ?

Aujourd’hui, mon rapport à mon corps est sain. Je sais ce que j’aimerais changer ou non, comment le faire, et quand le faire.

Sans me mettre la pression, je suis comme je suis, parfaite en l’état, quel qu’il soit. 

Quant à la nudité, je n’ai absolument jamais été pudique. Mon rapport à la nudité est le même que celui avec mon corps habillé, quoique, quand même, on se sent tellement plus libre à poil.

Furii Suta
Quel est ton rapport à la nudité ?

Quelles sont tes limites en matière de photo ?

Je n’ai de limite que les limites physiques que m’impose mon corps. En dehors de ça, tout dépend du niveau de confiance que j’accorde aux personnes avec qui je travaille.

Les limites de Furii en matière de photo
Crédits : Cynosure Creative et Furii Suta

Peux-tu nous décrire le déroulement d’un shooting ?

Question difficile…

Je ne peux pas vraiment répondre, car cela change beaucoup en fonction du

  • Style de photos que je fais,
  • Feeling que j’ai avec la ou les personnes avec qui je travaille,
  • Lieux et des conditions du shooting…

Après, dans l’idéal, j’aime bien me poser un peu avant et boire un verre après, prendre le temps de faire les choses, car pour moi, le moment est aussi important que le résultat.

Si on ne prend pas le temps de l’échange humain, le travail perd pratiquement tout intérêt.

As-tu des astuces pour être à l’aise devant l’objectif ?

Je pourrais dire se détendre, se mettre en confiance, lâcher prise… mais je dirais avant tout : se mettre en condition d’être heureux de passer ce moment.

En général, le reste suit.

Quels conseils donnerais-tu à un(e) modèle débutant(e) ?

Sélectionner avec soin le photographe avec qui tu poses. Pour un 1er shooting, je conseillerais d’aller vers un professionnel et de payer son shooting.

Choisir ce professionnel, non pas en fonction de la qualité de ses photos. OK, ça compte bien sûr, mais surtout de ce qu’il dégage et fait ressentir.

Pour moi, un bon professionnel doit dégager au minimum : sérieux, professionnalisme, créativité, tolérance et respect (ses termes étant interconnectés).

Que souhaites-tu montrer à travers tes photos ?

Moi, je ne souhaite rien.

C’est le photographe qui crée la direction de l’intention qu’il voudrait donner. Moi, je viens seulement y insuffler ma personnalité et ma créativité.

Et en fin de compte celui qui a le dernier mot, c’est celui qui regarde la production.

Qui sont les photographes qui t’inspirent ? Avec quel photographe rêves-tu de shooter ?

  • Le Turk (@leturkphotographies) pour ses décors somptueux et son style unique. Pour moi, c’est l’un des meilleurs photographes français à l’heure actuelle.
  • Cheryl Walsh (@cherylwalshfineart) pour ses tableaux sous-marins incroyables.
  • Corwin Prescott (@corwinprescott) pour ses nus sublimes et son traitement tout particulier de l’univers érotique.
  • Haris Nukem (@harisnukem) pour son style tout en saturation et décalage unique.
  • Sébastien Roignant (@funquatre) pour ses nus en nature grandioses.
  • Flou Sentimental (@flousentimental) pour son infinie poésie.
  • Natalia Kovachevski (@natalia_kovachevski) pour son talent et ses tableaux oniriques.
  • Fineart Boudoir (@fineart.boudoir), Vincent V Boudoir et Julien Saura (@julien.saura) pour leur travail autour du body-positive, de la bienveillance, des univers sensuels et érotiques, et leurs maîtrises de ces dits univers bien qu’unique et différente à chacun.
  • Pendora’s Box (@la_boite_de_pendore) pour ses travaux autour de la morbidité, et ses créations fantastiques.
  • Kastawen W pour son travail sous marin absolument unique.
  • Juliette Joudain (@juliettejrdn) pour ses portraits et autoportraits d’une créativité sans bornes.

Et bien d’autres…

Peux-tu nous partager ta meilleure expérience de shooting ?

J’en ai beaucoup trop pour n’en citer qu’une. Des expériences incroyables, des rencontres humaines folles.

Je vais citer mon expérience avec Natalia Kovashevski, au cœur des criques rocheuses près de Hyères, d’abord au bord, puis sous l’eau.

Une rencontre humaine incroyable, des paysages de rêves, un résultat incroyable, et un moment unique.

La meilleure expérience de shooting de Furii
Crédits : Natalia Kovasheski & Furii Suta

Ta pire expérience (Il n’y a pas d’obligation, c’est comme tu veux) ?

J’en ai plusieurs, mais je citerai un shooting lorsque j’avais 16 ans, avec un photographe qui :

  • En avait 65,
  • M’a prise en photo à mon insu lorsque je me changeais,
  • A été insistant tout le shooting pour que je me dénude alors que ce n’était pas convenu (à cet âge je ne faisais pas de photos de ce genre, encore heureux),
  • A fini ensuite par me faire des avances,
  • M’a rendu les pires photos que j’ai jamais reçues et de loin.

Heureusement, il n’y a pas eu de violence physique ou verbale de quelque sorte que ce soit.

J’ai souvent pris beaucoup de risques dans ma pratique.

Il ne m’est jamais rien arrivé de grave et j’ai fait énormément de rencontres bienveillantes et incroyables. C’est malheureux à dire, mais j’ai eu de la chance. Faites vraiment attention à vous.

Quel photographe me conseillerais-tu d’interviewer ? Quel(le) modèle ?

Pour les photographes, tous ceux cités précédemment.

Pour les modèles, je dirais :

  • Pepper (@_spicylittlepepper) qui travaille un univers érotique unique et maitrisé de bout en bout ;
  • Raphael Degasperi (@raphaeldegas), bavard incorrigible, mais poète extrêmement doué, il dégage un dramatisme tout particulier ;
  • Karen Galster Collison (@lady_pumkin) une influence Pin-up à la joie de vivre inégalable ;
  • Flo Umi (@flo_Umi), une créatrice de costume/cosplayeuse/modèle photo à la créativité sans limite ;
  • ReaverCosplay (@reaver_cosplay), cosplayeuse de génie ;
  • Julia Neyu (@julia.neyu_), modèle boudoir et nue avec une grande expressivité corporelle ;
  • Savage Betty (@savage.betty), modèle tatoué plus size plutôt connue en France ;
  • Chloé (@crinierefolle), Camille (@caioux), VaniOsln (@sw33tvanity) avec qui j’ai déjà posé en duo ;
  • Nicole Emma Vaunt (@vauntastic), la femme de Corwin Prescott (bon c’est plus à l’international là, mais maybe) ;
  • @missdeadlyred mon inspiration n°1 en tant que modèle, et femme.

Ton rapport aux réseaux sociaux

Que penses-tu des réseaux sociaux ? Comment les utilises-tu ?

Ce sont mes outils de travail.

Parfois, je partage quelques expériences plus personnelles ou intimes si elles servent un message que j’aimerais défendre ou un sujet sur lequel je prends position publiquement, et pas mal (beaucoup) de mêmes, mais ils restent uniquement à usage professionnel.

Combien de temps en moyenne chaque jour ?

Je préfère ne pas compter.

Ton réseau social préféré ? Pourquoi ?

Instagram, malgré la censure.

Parce que c’est le plus dédié au partage de photos parmi les réseaux sociaux les plus populaires.

Ton rapport au voyage

Tes 3 coups de cœur en France ? Pourquoi ?

  • La Chaîne des Puys en Auvergne parce que j’y suis née.
  • La Bretagne et particulièrement le Finistère et ses côtes cisaillées, parce que c’est magnifique et inspirant.
  • Le Jura, et le Bugey (pas loin de Lyon) pour y avoir shooté quelques fois, on y trouve des paysages splendides et irréels.

A l’étranger ?

Je n’ai pas assez voyagé à l’étranger pour me prononcer.

Après, j’ai beaucoup aimé Montegrotto (Italie), le pays des Brumes.

Comment prépares-tu tes voyages ? As-tu des rituels avant de partir ?

Je n’ai pas énormément voyagé. Je bouge beaucoup, mais je n’appelle pas vraiment ça des voyages.

Après, je dirais que ça dépend de la destination et de la raison de mon voyage.

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?

Amsterdam ! Vacances.

Carte blanche de Furii Suta

Pas de sujet spécifique que je souhaite développer.

Où retrouver Furii Suta ?

Tu peux retrouver Furii Suta sur :

Un grand MERCI à Furii Suta pour sa participation et sa promptitude à répondre à mes questions.

A toi, une question à poser à Furii Suta ?

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

Découvre mon interview avec Furii Suta, modèle photo alternative et érotique. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.