Temps de Lecture : 14 minutes

Dans l’intelligence émotionnelle, Daniel Goleman nous apprend à accepter nos ressentis. Au menu : analyser et contrôler ses émotions et ses sentiments, et ceux des autres.

Pour la petite histoire, j’ai reçu ce livre comme cadeau de noël par ma sœur (coucou Lydie). Pour information, ce livre regroupe les 2 livres de Daniel Goleman :

  • L’intelligence émotionnelle – tome 1 (« Emotional intelligence ») (1995),
  • L’intelligence émotionnelle – tome 2 (« Working with emotional intelligence ») (1998).

Le 1er livre est plutôt centré sur l’éducation et l’école, et le 2nd plus sur le monde de l’entreprise.

L’intelligence émotionnelle est notre capacité à percevoir, maîtriser et exprimer nos sentiments et nos émotions ainsi que ceux d’autrui.

Bref, elle influe sur notre self-control, notre motivation, notre intégrité, mais aussi nos relations avec les autres. Par exemple, elle nous permet de mieux communiquer et analyser notre entourage social et professionnel.

La couverture du livre L'intelligence émotionnelle

Dans cet article, je ne vais pas te faire un résumé chapitre par chapitre, mais plus te partager les points clés sur l’intelligence émotionnelle. Alors, le livre de Daniel Goleman, on lit ou on zappe ? Avant que je n’oublie, tu peux aussi découvrir :

L'intelligence émotionnelle : on lit ou on zappe ?

Qui est Daniel Goleman ?

Diplômé de l’université Harvard et docteur en psychologie clinique et développement personnel, Daniel Goleman devient ensuite journaliste pour le New York Times. Il suit particulièrement les sciences du comportement.

Pour information, il est également membre du conseil d’administration du Mind and Life Institute, qui facilite les rencontres entre la science et le bouddhisme.

Source : Wikipedia.

Daniel Goleman
Crédit : World Economic Forum

L’intelligence émotionnelle (tome 1) : l’éducation

Au programme : les émotions, les bases de l’intelligence émotionnelle, l’éducation à l’intelligence émotionnelle

Les émotions

L’Oxford English Dictionnary définit l’émotion comme une agitation ou un trouble de l’esprit, du sentiment, de la passion, tout état de véhémence ou d’excitation.

Pour Daniel Goleman, c’est à la fois un sentiment et les pensées, les états psychologiques et biologiques particuliers, ainsi que la gamme des tendances à l’action qu’il suscite.

OK Guillaume, tu as une petite liste des émotions à nous donner ?

Ouiiiii, la voici :

  • Colère : fureur, indignation, ressentiment, courroux, exaspération, tracas, acrimonie, animosité, mécontentement, irritabilité, hostilité, et peut-être à l’extrême la haine et la violence pathologique.
  • Tristesse : chagrin, affliction, morosité, mélancolie, apitoiement sur soi-même, sollicitude, abattement, désespoir et lorsqu’elle devient pathologique, la dépression profonde.
  • Peur : anxiété, appréhension, nervosité, inquiétude, consternation, crainte, circonspection, énervement, effroi, terreur, épouvante et en tant que pathologie, phobie et panique.
  • Plaisir : bonheur, joie, soulagement, contentement, félicité, délectation, amusement, fierté, plaisir sensuel, frisson de joie, ravissement, satisfaction, euphorie, humeur fantaisiste, extase et à l’extrême manie.
  • Amour : approbation, amitié, confiance, gentillesse, affinité, dévotion, adoration, engouement.
  • Surprise : choc, ahurissement, stupéfaction, étonnement.
  • Dégoût : mépris, dédain, répulsion, aversion, répugnance, écœurement.
  • Honte : sentiment de culpabilité, embarras, contrariété, remords, humiliation, regret, mortification, contrition.

PS : les chercheurs ne sont pas tous d’accord entre eux pour savoir s’il existe des émotions fondamentales à partir desquelles se forment tous les mélanges.

Les émotions fondamentales

D’après Paul Ekman, il existe 4 émotions fondamentales :

  • Peur,
  • Colère,
  • Tristesse,
  • Plaisir.

Les marques distinctives de l’esprit émotionnel

Les recherches de Paul Ekman et Seymour Eptsein permettent d’établir une liste de base des qualités qui distinguent les émotions du reste de la vie mentale.

Une réaction rapide, mais hâtive.

L’esprit émotionnel est beaucoup plus rapide que l’esprit rationnel. Il entre en action sans marquer le moindre temps d’arrêt pour considérer ce qu’il fait.

Sentiments premiers, pensées secondes

Parce qu’il faut à l’esprit rationnel plus de temps pour percevoir et réagir qu’à l’esprit émotionnel, la 1ère impulsion dans une situation émotionnellement chargée vient du cœur et non de la tête.

Une réalité enfantine et symbolique

La logique de l’esprit émotionnel est associative. Elle considère que les éléments qui symbolisent une réalité ou le souvenir de celle-ci, équivalent à la réalité elle-même. Cela explique pourquoi les comparaisons, les métaphores et les images parlent directement à l’esprit émotionnel comme le font : la littérature, la poésie, le chant, le théâtre, le cinéma…

Lorsque le passé s’impose au présent

Quand par certains aspects, un événement évoque un souvenir à forte charge affective, l’esprit émotionnel réagit en éveillant les sentiments associés à ce souvenir.

La réalité dépend de l’état affectif du moment

Le fonctionnement de l’esprit émotionnel dépend dans une large mesure de l’état affectif, dicté par le sentiment dominant à un moment donné.

Les bases de l’intelligence émotionnelle

En résumant, voici les principaux éléments de l’intelligence émotionnelle…

#1 La conscience de soi

  1. S’observer et identifier ses émotions.
  2. Se doter d’un vocabulaire pour les exprimer.
  3. Connaître les relations entre pensées, émotions et réactions.

#2 La prise de décisions

  1. Examiner ses actions et prendre conscience de leurs conséquences.
  2. Déterminer si une décision est gouvernée par la pensée ou le sentiment.
  3. Appliquer cette démarche à des questions comme les rapports sexuels et la drogue par exemple.

#3 Maîtriser des émotions

  1. Surveiller son discours intérieur en vue d’y déceler des éléments négatifs comme de l’autodénigrement.
  2. Prendre conscience de ce que cache une émotion. Par exemple, la blessure affective à l’origine de la colère.
  3. Trouver le moyen de surmonter ses peurs et son anxiété, sa colère et sa tristesse.

#4 Apaiser ses tensions

Comprendre l’intérêt de l’exercice physique, du travail d’imagination guidé, des méthodes de relaxation.

#5 Empathie

  1. Comprendre les sentiments et les préoccupations des autres.
  2. Se placer de leur point de vue.
  3. Apprécier les différences dans la manière dont ils perçoivent les choses.

#6 Communication

  1. Parler utilement des sentiments.
  2. Savoir écouter et poser les bonnes questions.
  3. Faire la distinction entre les paroles ou les actions de quelqu’un et nos réactions et jugements relatifs à celles-ci.
  4. Émettre des appréciations personnelles au lieu de condamner.

#7 Ouverture à autrui

  1. Valoriser l’ouverture et établir la confiance dans les relations avec les autres.
  2. Savoir quand il est approprié de parler de ses sentiments personnels.

#8 Introspection

Identifier chez soi-même et chez les autres les tendances de la vie et des réactions affectives.

#9 Acceptation de soi

  1. Éprouver de la fierté et se voir sous un jour positif.
  2. Reconnaître ses forces et ses faiblesses.
  3. Être capable de rire de soi-même.

#10 Assurance

Exprimer ses préoccupations et ses sentiments sans colère ni passivité.

#11 Dynamique de groupe

  1. Coopération.
  2. Savoir comment et à quel moment commander.
  3. À quel autre se laisser guider.

#12 Résolution des conflits

  1. Savoir se montrer loyal dans les conflits avec les autres enfants, avec ses parents…
  2. Négocier des compromis où toutes les parties sont gagnantes.

Les résultats de l’éducation à l’intelligence émotionnelle

Daniel Goleman partage plusieurs exemples de programmes sur l’éducation à l’intelligence émotionnelle. Sans rentrer dans le détail de tous les programmes, tu peux retenir que les enfants deviennent plus :

  • Responsables,
  • Assurés,
  • Populaires auprès de leurs camarades et plus ouverts,
  • Serviables,
  • Prévenants, plus attentifs,
  • Enclins à adapter des stratégies de conciliation pour résoudre les conflits,
  • En harmonie avec les autres,
  • Démocratiques dans leur attitude,
  • Aptes à résoudre les conflits.

L’intelligence émotionnelle (tome 2) : le monde du travail

Au menu : la compétence émotionnelle, la confiance en soi, le self-control, la conscience émotionnelle…

#1 La compétence émotionnelle

Daniel Goleman distingue les compétences personnelles et les compétences sociales.

Les compétences personnelles

Ces compétences déterminent la manière dont nous nous comportons.

A. La conscience de soi

Tu sais, c’est notre capacité à connaître nos propres états intérieurs, nos préférences, nos ressources et nos intuitions. Par exemple :

  • La conscience de soi émotionnelle qui permet de savoir reconnaître ses émotions et leurs effets.
  • Une autoévaluation précise pour connaître ses forces et ses limites.
  • La confiance en soi pour être sûr de sa valeur et de ses capacités.
B. La maîtrise de soi

Savoir gérer nos états intérieurs, nos impulsions, nos ressources. Par exemple :

  • Le contrôle de soi en gérant nos émotions et nos impulsions.
  • La fiabilité en se montrant honnête et intègre en toutes circonstances.
  • La conscience professionnelle en s’acquittant de son travail de manière responsable.
  • L’adaptabilité en faisant preuve de souplesse devant les changements.
  • L’innovation en étant à l’aise avec les approches, les idées, et les informations nouvelles.
C. La motivation

Daniel Goleman évoque les tendances émotionnelles qui nous aident à atteindre nos buts. Par exemple :

  • L’exigence de la perfection et l’effort pour atteindre un niveau d’excellence, ou pour l’améliorer.
  • L’engagement, savoir épouser les objectifs de l’entreprise.
  • L’initiative, être prêt à saisir les opportunités.
  • L’optimisme, poursuivre ses objectifs avec ténacité malgré les obstacles et les déconvenues.

Les compétences sociales

Pour faire simple, les compétences sociales regroupent toutes les compétences qui concernent notre manière de gérer nos relations aux autres.

D. L’empathie

Pour Daniel Goleman, cela comprend La conscience des sentiments, des besoins et des soucis d’autrui. Par exemple :

  • La compréhension des autres, capter les sentiments et les points de vue des autres et éprouver un intérêt réel pour leurs soucis.
  • La passion du service, anticiper, reconnaître et satisfaire les besoins des clients.
  • L’enrichissement des autres, sentir les besoins et les carences des autres et stimuler leurs capacités.
  • L’exploitation de la diversité, savoir concilier des sensibilités différentes pour mieux saisir les opportunités.
  • Le sens politique, savoir déchiffrer les flux émotionnels sous-jacents d’un groupe et ses relations de pouvoir.
E. Las aptitudes sociales

Pour Daniel Goleman, par exemple, cela comprend :

  • L’ascendant, savoir employer la tactique efficace pour persuader.
  • La communication, envoyer des messages clairs et convaincants.
  • La direction, inspirer et guider les groupes et les personnes.
  • Cristalliser les changements, savoir initier ou gérer des changements.
  • Le sens de la médiation, savoir négocier et résoudre les conflits.
  • Nouer des liens, savoir cultiver des relations utiles.
  • Le sens de la collaboration et de la coopération, travailler avec les autres à des objectifs communs.
  • Mobiliser une équipe, créer une synergie de groupe au service d’objectifs communs.

#2 La confiance en soi = Capacité à bien se connaître et à croire en son potentiel

Pour Daniel Goleman, les personnes qui ont confiance en elles font preuve d’assurance dans les rapports humains et ont de la présence.

Elles sont capables de défendre des points de vue impopulaires et de prendre des risques pour ce qu’elles estiment juste. Bref, elles sont résolues, capables de prendre des décisions saines malgré les incertitudes et les pressions.

La confiance en soi = Capacité à bien se connaître et à croire en son potentiel

#3 Self-control = Garder la maîtrise des émotions et des impulsions perturbatrices

Les personnes qui ont du self-control dominent bien leurs impulsions et leurs angoisses. Elles restent calmes, positives et imperturbables même dans les moments éprouvants. Elles pensent clairement et restent concentrées malgré le stress.

#4 La conscience émotionnelle = Reconnaître ses émotions et leurs effets

Par exemple, les personnes qui ont une conscience émotionnelle savent quelles émotions ils éprouvent et pourquoi. Elles comprennent les liens qui existent entre leurs sentiments et ce qu’ils pensent, font et disent. Elles se laissent guider par une claire conscience de leurs valeurs et de leurs buts.

La conscience émotionnelle = Reconnaître ses émotions et leurs effets

#5 Savoir s’auto-évaluer avec précision = Connaître ses ressources, ses capacités et ses limites intérieures

Pour Daniel Goleman, ceux qui savent s’auto-évaluer avec précision sont conscients de leurs forces et de leurs faiblesses. Ils sont réfléchis et capables de tirer les leçons de l’expérience. Bref, ils sont ouverts aux avis sincères, aux nouvelles perspectives, capables d’apprendre et de s’enrichir sans cesse. Ils sont aussi capables d’humour et de recul sur eux-mêmes.

#6 Fiabilité + Conscience professionnelle = Faire preuve d’intégrité et se comporter de façon responsable

Les personnes fiables ont une conduite irréprochable d’un point de vue éthique. Elles construisent des relations de confiance par leur fiabilité et leur authenticité. Elles reconnaissent leurs propres erreurs et manifestent leur désaccord avec les comportements qu’elles jugent immoraux.

Quant aux personnes ayant une conscience professionnelle, elles tiennent leurs engagements et leurs promesses. Elles endossent la responsabilité des objectifs qu’elles se sont assignés et se montrent organisées et méticuleuses dans leur travail.

Fiabilité + Conscience professionnelle = Faire preuve d'intégrité et se comporter de façon responsable

#7 Exigence de réussite = Atteindre ou améliorer un niveau d’excellence

Par exemple, les personnes qui possèdent cette compétence sont axées sur les résultats, et montrent une volonté farouche d’atteindre leurs objectifs. Elles se fixent des objectifs exigeants et prennent des risques calculés et combattent leurs incertitudes par une recherche constante d’informations et de méthodes pour progresser. Elles apprennent pour améliorer leurs performances.

#8 Engagement = Adhérer aux objectifs d’un groupe ou d’une entreprise

Pour Daniel Goleman, les personnes qui possèdent cette compétence sont prêtes à s’imposer des sacrifices pour atteindre les objectifs de l’entreprise. Elles sont capables de s’identifier à une dynamique collective. Elles s’appuient sur les valeurs essentielles du groupe pour prendre des décisions en connaissance de cause.

#9 Initiative + Optimisme = Faire preuve d’anticipation et de persévérance

Les personnes qui font preuve d’initiative sont prêtes à saisir les opportunités. Elles s’assignent des objectifs qui dépassent ce que l’on attend d’elles. Elles contournent les procédures bureaucratiques et infléchissent les règles quand la réalisation d’un objectif l’exige.

Quant aux personnes optimistes, elles persistent dans la poursuite de leurs objectifs malgré les obstacles et les revers. Elles travaillent avec l’espoir de réussir plutôt qu’avec la crainte déchouer. Elles considèrent les déconvenues comme le résultat de circonstances modifiables plutôt que d’une déficience personnelle.

#10 Adopter les sentiments et les points de vue des autres + prendre un intérêt réel à leurs préoccupations = Comprendre les autres

Pour Daniel Goleman, les personnes qui comprennent les autres sont attentives aux signaux émotionnels et elles écoutent bien. Elles font preuve de sensibilité et comprennent les points de vue des autres. Bref, elles savent deviner les besoins des autres et leur apporter une réponse adaptée.

#11 Détecter les besoins de formation des autres + stimuler leurs capacités = Enrichir les autres

Les personnes qui enrichissent les autres reconnaissent les atouts et récompensent les réalisations et la volonté de progrès de leurs collaborateurs. Par exemple, elles leur donnent des critiques utiles et elles savent discerner leurs insuffisances. Elles les guident, les conseillent opportunément et elles leur proposent des missions qui les incitent à se dépasser.

#12 Priorité au service = Anticiper, reconnaître et satisfaire les besoins des clients

Pour Daniel Goleman, les personnes qui donnent la priorité au service comprennent les besoins de leurs clients et leur fournissent les services ou les produits adéquats. Elles cherchent des moyens d’accroître la satisfaction et la fidélité des clients. Elles offrent chaleureusement l’assistance nécessaire. Bref, elles épousent le point de vue du client et elles se comportent en conseillers avisés.

#13 Exploiter la diversité = Entretenir des rapports fructueux avec des êtres très divers

Les personnes qui possèdent cette compétence entretiennent des rapports cordiaux et respectueux avec des êtres de milieux variés. Elles acceptent des visions du monde très différentes et intègrent les différences culturelles. Bref, elles rejettent les préjugés et l’intolérance.

#14 Le sens politique = déchiffrer les rapports humains et politiques invisibles

Les personnes qui ont un sens politique aigu interprètent lucidement les relations de pouvoir essentielles. Elles détectent les réseaux d’influence qui comptent et saisissent tenants et aboutissants des points de vue et des démarches de leurs clients, de leurs consommateurs et de leurs concurrents.

#15 L’influence = Manier des outils de persuasion efficaces

Les personnes ayant de l’influence savent persuader leurs interlocuteurs. Elles adaptent leur discours à la personnalité de ceux-ci. Elles mettent en œuvre des stratégies complexes et recourent à l’influence directe pour obtenir un consensus et savent accomplir un geste spectaculaire pour emporter la décision.

#16 Ecouter avec bienveillance + envoyer des messages convaincants = Communication

Pour Daniel Goleman, si tu es un bon communicant, tu sais accepter les concessions mutuelles, capter les signaux émotionnels et adapter ton message à ton interlocuteur. Tu règles les problèmes difficiles franchement et simplement. Tu sais écouter, tu recherches la compréhension réciproque et tu es ouvert à l’échange d’information.

Ecouter avec bienveillance + envoyer des messages convaincants = Communication

#17 La gestion des conflits

Les personnes qui savent gérer les conflits manient les caractères et les situations tendues avec tact et diplomatie. Elles devinent les sources de conflit potentiel, clarifient les désaccords et elles s’efforcent de les désarmorcer. Elles encouragent les débats et les discussions ouvertes. Bref, elles travaillent à des solutions où chacune des parties est gagnante.

#18 Catalyser les changements = Initier ou gérer des changements

Ceux qui possèdent cette compétence reconnaissent la nécessité de changer et de renverser les barrières. Ils remettent en question le statut quo pour faire reconnaître le besoin de changement. Ils se font les hérauts du changement et incitent les autres à le mettre en œuvre. Bref, ils donnent forme aux changements qu’attendent les autres.

#19 Construire des liens

Comment ?

  1. Cultiver et entretenir de larges réseaux informels.
  2. Rechercher des relations mutuellement bénéfiques.
  3. Construire des rapports à long terme et cultiver ses contacts.

#20 Savoir travailler en équipe = Créer des synergies en travaillant à des objectifs communs

Comment ?

  1. Présenter des qualités d’équipiers comme le respect et la serviabilité.
  2. Communiquer son enthousiasme et son dynamisme à ses coéquipiers.
  3. Développer une identité de groupe, un esprit de corps et un sens du dévouement.
  4. Protéger le groupe et sa réputation.
  5. Ne pas s’approprier les mérites d’un travail collectif.
#20 Savoir travailler en équipe = Créer des synergies en travaillant à des objectifs communs

#21 Les axes de travail pour la formation en compétence émotionnelle

Pour Daniel Goleman, cela passe :

  • Evaluer le travail,
  • Evaluer les individus,
  • Formuler ses évaluations avec tact,
  • Organiser le soutien,
  • Trouver des modèles,
  • Se montrer encourageant,
  • Epauler le changement,
  • Evaluer.

Ce que j’ai aimé et moins aimé dans L’intelligence émotionnelle

Ce que j’ai le PLUS aimé dans le livre de Daniel Goleman

  • Les encadrés pour nous donner les points essentiels à retenir d’un concept.

Le MOINS aimé

  • Des exemples datés.
  • Certaines longueurs.
  • On reste dans le constat. Le livre est peu actionnable.

Mon verdict

Je suis partagé…

Globalement, je pense que tu peux te contenter de lire uniquement les encadrés (ou cet article) pour avoir les points clés.

Maintenant, je pense que ce livre reste quand même une référence si tu t’intéresses à l’intelligence émotionnelle. À titre personnel, j’ai déjà lu beaucoup de livres autour de la psychologie et des biais cognitifs, et j’ai retrouvé beaucoup de concepts que j’avais déjà rencontrés dans mes précédentes lectures.

À retenir (et à partager)

Définition de l'intelligence émotionnelle

Et toi, que penses-tu de l’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman ?

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

L'intelligence émotionnelle : on lit ou on zappe ?