Temps de Lecture : 11 minutes

Tu es fasciné par le monde de la photographie et les histoires humaines qui s’y cachent ? Alors, tu ne voudras pas manquer notre rencontre avec Kassia, une artiste qui brise les tabous et redéfinit la nudité à travers son objectif. Dans cet article, tu découvriras non seulement l’artiste derrière l’appareil photo, mais aussi la militante qui utilise la photographie comme un acte de rébellion. Prêt à plonger dans un univers où l’art et l’activisme se rencontrent ? Reste avec nous, car ce qui suit va éveiller ta curiosité et, qui sait, peut-être même changer ta perception de l’art et de la nudité. Et n’oublie pas, si tu es avide de découvertes et d’inspirations, plonge dans mes autres interviews fascinantes avec :

AU MENU :

Présentation de Kassia

Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux ou celles qui ne te connaîtraient pas encore ?

Bonjour tout le monde !

Je suis un jeune humain de 21 ans qui touche à divers supports artistiques, notamment la photographie qui est le médium pour lequel on me sollicite le plus et sur lequel je vais parler aujourd’hui. Je suis photographe et modèle amatrice, et ma particularité est que je fais majoritairement des autoportraits de nu. Dans mes photos, je mets en avant mes états d’âme mais aussi mes idées militantes qui sont très présentes. Je publie (autant que je peux, mais non la totalité due à la censure) mon travail sur Instagram sur le compte @little_feministe, et c’est ici que se place la majorité de ma visibilité.

Présentation de Kassia
Crédit : Kassia

Ton rapport à la photographie

Peux-tu nous raconter comment tu as commencé à être modèle ?

J’ai commencé à être modèle un peu par défaut. Ce que je voulais avant tout était être photographe et, dès mes débuts, j’ai toujours voulu me centrer sur le nu. Or, c’est assez difficile de trouver des modèles acceptant de poser nus, surtout quand on débute à peine. De ce fait, ce fut assez naturellement que j’ai commencé à me prendre moi-même en photo, plutôt par défaut. Au final cela a perduré et les autoportraits sont devenus ma marque de fabrique.

Le rapport à la photographie de Kassia
Crédit : Kassia

Que ressens-tu quand tu es seule face à l’objectif ?

Seul.e face à l’objectif, en autoportrait, je me sens libre et fort.e. Mes propres limites sont celles que je me pose et, en l’espace d’un instant, je peux me permettre d’exprimer totalement tout ce que je souhaite. J’aime me dire que durant mes shoots, je quitte la réalité quelques instants. D’ailleurs, mes mises en scène étant souvent un peu surréalistes, je les appelle régulièrement mes “univers”. Les uns étant différents des autres. Ainsi, chacun de mes autoportraits représente en quelque sorte une version parallèle de moi-même.

Que ressens-tu quand tu es seule face à l’objectif ?
Crédit : Kassia

Que ressens-tu quand tu vois les photos de toi suite à un shooting ?

Cela peut sembler étrange, mais étant donné que je me prends énormément en photo, j’ai un rapport très détaché à moi-même. J’ai l’habitude d’observer mes autoportraits en me posant des questions sur ma DA (direction artistique) par exemple ou ma technique, mais je ne me regarde pas moi à proprement parler. Ce que je veux dire est que je n’ai plus le même rapport à moi-même que j’avais à mes débuts. Je ne me demande pas si je me trouve joli.e ou non. Ce n’est pas ma personne en soit que je regarde quand je regarde une photo de moi. Ainsi, ce que je vais ressentir en regardant une photo de moi ne sera pas plus différent qu’une photo où je ne suis pas dessus.

Que ressens-tu quand tu vois les photos de toi suite à un shooting ?
Crédit : Kassia

Quel est ton rapport à ton corps ? À la nudité ?

Mon rapport à mon corps et à la nudité se sont grandement améliorés grâce à la photo et j’en suis des plus heureux. J’ai appris à accepter et aimer mon corps tel qu’il est et à ouvrir mon esprit sur la nudité. Un corps est un corps et n’a aucune dénotation sexuelle en soi. Être dans ce milieu m’a ouvert l’esprit et je peux désormais me dénuder et être avec des personnes nues sans que cela ne soit bizarre pour moi. J’en ai maintenant un rapport totalement décomplexé et déconstruit.

Quelles sont tes limites en matière de photo ?

La réponse est simple: je n’en ai pas. Plus j’en fais, plus je veux pousser les limites. Ces derniers temps cela passe par la sexualité. J’ai réalisé des photos de moi me masturbant et aussi d’autres personnes qui sont en train de faire des rapports sexuels devant moi. Bien évidemment, uniquement dans un contexte safe et bienveillant.

Les limites de Kassia en matière de photo
Crédit : Kassia

Peux-tu nous décrire le déroulement d’un shooting ?

Généralement, j’ai quelque chose qui va m’inspirer un shooting :

  • Un sentiment,
  • Un objet,
  • Des mots.

Ensuite, autour de ce sujet de base, je réfléchis à la direction artistique, à la manière dont je veux mettre en avant cette idée. Je suis assez perfectionniste et ordonné.e. En général, j’ai des plans précis en tête et je les réalise.

Le déroulement d'un shooting avec Kassia
Crédit : Kassia

As-tu des astuces pour être à l’aise devant l’objectif ?

On me le demande souvent, mais je crois que je ne peux pas apporter de réponse précise. Selon moi, c’est le temps et la pratique qui font les choses. Bien sûr, au début on peut essayer de se détendre, de faire des exercices de respiration pour se relaxer, etc. Néanmoins, selon moi, la véritable aisance vient avec l’habitude quand nous ne sommes plus surpris par la caméra et restons naturels sans avoir même à y réfléchir.

Les astuces de Kassia pour être à l’aise devant l’objectif
Crédit : Kassia

Quels conseils donnerais-tu à un.e modèle débutant.e ?

Je dirais de prendre son temps et de s’écouter. Nombre de modèles se mettent la pression pour réussir vite. Être photogénique, savoir poser, être décomplexé. En réalité, c’est toute une image de nous que nous essayons d’aimer et de mettre en avant sur une photo. Ça prend du temps. On s’aime rarement sur les premières photos de nous, et c’est normal. Tout comme nous ne sommes pas photogéniques de manière innée. Ce qui est primordial est de savoir s’accorder du temps.

Que souhaites-tu montrer à travers tes photos ?

Je souhaite montrer que nos corps n’appartiennent qu’à nous et ne sont pas des objets de désirs, et démolir l’affiliation nudité = sexualité. Je vois les corps comme une œuvre d’art que l’on a pervertie trop souvent à cause de regards déplacés, que subissent principalement les femmes ou personnes afab (assignée fille à la naissance). C’est donc lié à une forte idée féministe. Encore aujourd’hui, je reçois régulièrement des réactions à connotation sexuelle par rapport à mes photos, comme si c’est ce que je cherchais. Je trouve ça incroyable qu’on prenne les corps féminins comme des bouts de viande dès qu’on ose montrer un bout de peau.

Que souhaites-tu montrer à travers tes photos ?
Crédit : Kassia

Qui sont les photographes qui t’inspirent ? Avec quel photographe rêves-tu de shooter ?

Les photographes de nu de manière générale. Je trouve qu’il y a toujours à apprendre et à être inspiré dans la photographie de nu, même d’artistes que je n’apprécie pas forcément. Il m’en faut peu pour avoir de l’inspiration alors je me nourris de tout. Le photographe qui m’inspire le plus à ce niveau est @adey sur Instagram. Il a une manière infinie de modeler les corps et de les incruster dans tout type de mise en scène.

Qui sont les photographes qui t’inspirent ? Avec quel photographe rêves-tu de shooter ?
Crédit : Kassia

Qui sont les photographes qui t’inspirent ? Avec quel photographe rêves-tu de shooter ?

Je dirais avec ma meilleure découverte de l’année 2021 qui est devenue depuis mon artiste favorite : la photographe sous le nom de @6pills sur Instagram.

Peux-tu nous partager ta meilleure expérience de shooting ?

Je dirais toutes les personnes de manière générale que j’ai prises en photo et qui m’ont dit que je leur avais beaucoup apporté. Je me rappelle notamment à mes débuts en tant que photographe, j’avais pris en photo une fille et cela l’a énormément aidé dans l’image qu’elle a d’elle. Cela lui a donné confiance en elle. Et c’est le plus beau retour que je puisse recevoir.

La meilleure expérience de shooting de Kassia
Crédit : Kassia

Ta pire expérience ?

À mes débuts, j’ai posé pour un photographe dont le travail me semblait plutôt hypersexualisé, mais que j’avais quand même envie de rencontrer pour me faire de l’expérience. C’était pour un shooting de nu. Pendant le shooting, il a eu diverses remarques sur mon corps qui n’étaient pas professionnelles. Aussi, il m’a fait des réflexions sur mes poils, comme quoi il était choqué que je ne les avais pas rasés.

De plus, il m’a totalement photoshopé sur les photos au point que je ressemblais juste à une poupée. Mes poils ayant bien évidemment disparu. Quand je lui ai fait part que son comportement n’était pas correct, il a été très désagréable et rabaissant. C’est le dégoûtant portrait d’homme hétéro cisgenre qui voient les jeunes femmes comme des objets à modeler comme bon leur semble. Il n’en avait guère à faire de mes ressentis. Tout ce qu’il voulait était que je sois jolie et que je me taise, et qu’il me photoshope comme une fille de magazine.

Quel photographe me conseillerais-tu d’interviewer ? Quel(le) modèle ?

Je dirais mon talentueux ami photographe Grel Belman qui m’a toujours inspiré. J’ai posé pour lui à plusieurs reprises tant j’aime être intégré à tout son si bel univers. Son compte Instagram photo est @grel.belman.

Ton rapport aux réseaux sociaux

Que penses-tu des réseaux sociaux ? Comment les utilises-tu ?

Je trouve que les réseaux sociaux sont une bonne chose si on les utilise bien. Le danger est de se déconnecter de la réalité et de se perdre dans le superficiel. J’utilise beaucoup Instagram comme vitrine à mon travail et c’est là que j’ai rencontré énormément d’artistes qui sont désormais mes amis. C’est aussi sur ce réseau que j’ai rencontré la majorité des photographes et modèles avec qui j’ai travaillé. De ce côté, je dois beaucoup à Instagram, même s’ils m’embêtent avec la censure. Je suis actuellement shadow ban.

Combien de temps en moyenne chaque jour ?

Je dirais en moyenne 1h ou 2h, c’est assez variable.

Ton réseau social préféré ? Pourquoi ?

Je dirais Instagram car c’est ce qui me permet de partager mon travail. J’avoue que hormis Instagram j’utilise très peu les réseaux sociaux.

Ton rapport au voyage

Tes 3 coups de cœur en France ? Pourquoi ?

Je crois que je suis tombé amoureux.se de la Dune du Pilat. J’y suis allée plusieurs fois et à chaque fois je trouve cela magnifique et incroyable. C’est un paysage fascinant. Ensuite, je dirais l’Alsace car j’aime beaucoup son côté traditionnel et j’apprécie beaucoup l’architecture. Se balader dans les rues est un réel plaisir. Pour finir, je dirais la Bretagne pour la beauté des paysages qu’elle nous offre.

À l’étranger ?

J’ai peu voyagé à l’étranger mais mon coup de cœur a été de loin la Tunisie. Je suis allée à Djerba et je suis tombé.e amoureux.se du paysage et des architectures traditionnelles. C’est vraiment très beau.

Comment prépares-tu tes voyages ? As-tu des rituels avant de partir ?

Je suis de nature plutôt ordonnée et anxieuse donc je suis du genre à tout prévoir et tout calibrer. Je prends beaucoup d’affaires “au cas où”.

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?

Je ne sais pas quand cela sera possible, mais j’aimerais beaucoup aller au Japon. J’y apprécie beaucoup la culture, notamment leur rapport à la nature et leur pudeur respectueuse envers les autres. Les paysages et l’architecture m’attirent beaucoup également.

Carte blanche de Kassia

Quel meilleur sujet que la place centrale de mon travail. Comme beaucoup de femmes ou de personnes afab, j’ai longtemps été soumise à des injonctions quant à mon apparence. On me dictait la manière dont je devais m’habiller, ce qui était jugé osé ou non, la manière dont je devais m’enlever les poils ou non. Il en est de même pour la sexualité féminine que l’on souhaite contrôler. Cela m’avait oppressé tout le long de ma construction adolescente car ça ne représentait pas ce que je voulais être. J’ai beaucoup souffert de ces injonctions sociales. Et puis petit à petit j’ai réussi à me détacher du regard des autres et assumer ce que je voulais être.

J’ai vite constaté que cela ne plaisait pas et cela n’a fait que renforcer mes idées féministes. J’ai eu beaucoup de réactions négatives quant à ma manière de montrer mon corps en photo, ou le fait de ne pas me raser. On a essayé de me dégouter de moi-même et de m’expliquer en quoi des tétons dit féminins étaient vulgaires, en quoi je devrais avoir honte d’oser m’afficher ainsi. Être une femme de nos jours et oser contourner les normes en montrant son corps ou assumant ses poils est mal vu. Ce que je souhaite est de montrer la stupidité de ces pensées basées uniquement sur des diktats patriarcaux, en mettant à l’honneur la beauté et la poésie des corps naturels. Le tout dans une sororité et adelphité forte et remplie de bienveillance qui encourage les personnes à oser être elles-mêmes.

Où retrouver Kassia ?

Tu peux retrouver Kassia sur Instagram :

À toi, une question à poser à Kassia ?

Voilà, tu viens de découvrir l’univers unique et provocateur de Kassia, une artiste qui repousse les limites de la photographie et de l’activisme. Si son histoire t’a inspiré, n’hésite pas à la suivre sur ses réseaux sociaux pour ne rien manquer de ses futurs projets. Et toi, quelle est ta vision de l’art et de la nudité ? Partage tes réflexions dans les commentaires ci-dessous. À très vite pour une nouvelle aventure humaine et artistique !

Avec Kassia, Photographe et Modèle amatrice