Temps de Lecture : 9 minutes

Découvre mon interview avec Marion Darras, copywriter pour les entreprises en B2B. Au menu : freelancing, réseaux sociaux, voyage…

Pour cet épisode 58, je te présente Marion Darras, copywriter pour les entreprises en BtoB (mariondarras.com).

Avant que j’oublie, tu peux également découvrir mes interviews avec :

Découvre mon interview avec Marion Darras, copywriter pour les entreprises en B2B. Au menu : freelancing, réseaux sociaux, voyage…

Présentation de Marion Darras

Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux ou celles qui ne te connaîtraient pas encore ?

Bonjour, je m’appelle Marion et je vis en Alsace.

Depuis 3 ans, je suis copywriter pour les entreprises en BtoB. J’accompagne mes clients dans le lancement de nouveaux produits avec la rédaction de leur page de vente et de leurs mails de vente. Je les accompagne également dans la fidélisation de leur audience, grâce à la newsletter.

Marion Darras

À côté de ça, je suis mentor pour les créateurs de contenu professionnels, qui veulent se challenger à l’écrit et enlever les couches d’autocensure qui nous empêchent souvent de nous lâcher !

Marion Darras

Ton rapport au freelancing

Peux-tu nous présenter ton parcours professionnel ?

Je ne me suis jamais vraiment posé la question de ce que je voulais faire. J’ai choisi un domaine d’études qui me plaisait, j’ai eu mon 1er job un peu par hasard.

Et puis, j’ai continué comme ça pendant une dizaine d’années. C’est sympa de se laisser porter comme ça, mais la réalité finit toujours par te rattraper.

Pourquoi es-tu devenu freelance ?

J’étais chargée de communication dans la fonction publique depuis 3 ans. Je m’éclatais dans la partie rédaction, à bousculer les codes, à donner une vraie identité éditoriale à ma collectivité.

Je voulais aller encore plus loin, mais je n’avais pas de perspective d’évolution.

J’ai commencé à regarder ce qui se faisait ailleurs, et puis une idée est revenue : celle de créer mon entreprise. J’avais voulu le faire 5 ans plus tôt, mais je ne me sentais pas prête.

Là, c’était le moment !

Pourquoi es-tu devenu freelance ?

Quelles sont les principales qualités nécessaires pour être freelance ?

  • Être super à l’écoute de soi pour savoir où tu veux aller et comment tu veux avancer. Quand tu es freelance, tu as tout à construire. C’est super vaste. C’est à toi d’apprendre à poser tes choix.
  • Muscler ta casquette de gestionnaire. Généralement, pas de problème pour la partie technique ! Mais si tu veux avancer, grandir, t’épanouir, tu dois apprendre à gérer ton entreprise, à lui donner une direction. Peu importe que tu te considères comme freelance ou entrepreneur·e. C’est juste des mots. Dans les faits, tu as une entreprise à faire tourner.
  • Être autonome. Ça paraît bateau, mais au quotidien, tu es seul·e pour t’organiser, pour gérer tes missions. Personne ne viendra te dire quoi que ce soit si tu es en retard dans ton job. C’est à toi d’assumer.

Quelles sont les principales difficultés que tu as rencontrées dans ton parcours de freelance ? Comment les as-tu surmontées ?

Au début, je voulais que tout soit parfait tout de suite. Pendant plusieurs mois, j’ai stagné à cause de ça. Je passais mon temps à poser des stratégies, alors que j’avais à peine de quoi me verser un salaire.

Marion Darras
Au début, je voulais que tout soit parfait tout de suite. Pendant plusieurs mois, j'ai stagné à cause de ça. Je passais mon temps à poser des stratégies, alors que j’avais à peine de quoi me verser un salaire.

Et puis, impossible de construire ton entreprise si tu ne sais pas ce qui fonctionne pour toi.

Le déclic a été quand j’ai compris que réfléchir à mes problèmes n’apportait pas de solution.

En revanche, l’action, oui. Même si tu n’es pas sûr·e du résultat -de toute façon, tu ne le seras jamais avant d’avoir essayé.

Ton meilleur souvenir avec un client ?

C’est le dernier message reçu de la part d’une cliente, suite à un article rédigé pour son blog :

C’est quand même ultra déconcertant : j’ai vraiment l’impression que c’est moi qui parle.

Marion Darras

Mon boulot, c’est de me mettre dans les chaussures de mes clients. Quand j’y arrive à ce point, c’est toujours gratifiant !

Les principales difficultés que Marion Darras a rencontrées dans son parcours de freelance ? Comment les a-t-elle surmontées ?

Ton pire souvenir avec un client/prospect ?

Une mission mal cadrée dans un domaine d’activité qui ne me parlait pas du tout. Le client cherchait un prestataire pour rédiger les posts pour ses réseaux sociaux.

Moi, je démarrais et j’avais besoin de faire mes armes. Je sentais que ça ne serait pas fluide, mais j’avais besoin de rentrer du chiffre d’affaires.

Le client me demandait une disponibilité de fou, que je n’avais pas anticipée dans le tarif, évidemment.

Le positionnement du client n’était pas clair, je ne comprenais pas où il allait, mais je devais quand même fournir quelque chose. J’avançais à tâtons. Je proposais des posts, ça n’allait jamais, mais le client ne savait pas m’expliquer pourquoi.

Bref, on a arrêté au bout de 3 mois, et je n’ai pas été payée du dernier mois travaillé.

Tes conseils pour un(e) freelance qui débute ?

Parle de ce que tu fais à ton entourage, à ton réseau. Parce que si, je t’assure que tu as un réseau. Même s’il te semble petit.

Tes astuces pour être productive ?

Je bloque 3 plages de deep work dans ma semaine. Ce sont des sessions de travail où je suis méga concentrée. Pour ça, j’utilise la méthode pomodoro : 25min de travail – 5min de pause.

Et j’ai bloqué une zone tampon dans ma semaine le vendredi matin. C’est une période réservée aux tâches importantes que je n’ai pas eu le temps de terminer dans la semaine.

Ton rapport au blogging

Pourquoi as tu décidé de te lancer dans la création de ton site ?

Je vais être honnête : je pensais au début que c’était incontournable. J’ai créé mon site avant même de savoir ce que j’allais vendre.

Du coup, je l’ai refait 4 fois la 1re année.

Aujourd’hui, j’ai un vrai site à mon image. J’en ai confié la réalisation à une pro, pour m’obliger à me poser et à prendre du recul sur ce que je voulais mettre en avant.

Peux-tu nous présenter ton site ?

Mon site est conçu à la fois comme la porte d’entrée vers mon univers, à la fois comme mon espace de liberté. J’y présente mes services, j’y publie également des articles en réponse aux questions que je reçois le plus souvent.
C’est aussi là que je mets en avant ma newsletter, qui est mon support de prédilection.

Combien de temps passes-tu en moyenne pour créer un article ?

Ça peut aller de 2h à 6h selon le sujet, le niveau de technicité et le travail de recherche à effectuer. 

Peux-tu nous expliquer comment tu procèdes ? Les différentes étapes ?

Je laisse toujours suffisamment de temps pour le travail d’idéation, là où ton cerveau travaille en sous-marin sur le sujet.

Ensuite, j’écris le 1er jet, là où je pose toutes mes idées comme elles viennent, sans autocensure.

Après, je passe à la structuration du texte, avant de le corriger et de le publier si c’est pour moi, ou de le soumettre à la validation de mon client.

Tes conseils pour un/une débutant(e) qui voudrait se lancer ?

Le 1er jet !

Vraiment ! Tout poser par écrit sans se juger, sans se restreindre. Ça fait un bien fou !

Quels sont tes blogs préférés ?

Ton rapport aux réseaux sociaux

Que penses-tu des réseaux sociaux ? Comment les utilises-tu ?

C’est marrant, ta question me fait bloquer ! Ça fait tellement partie de notre quotidien que je ne me pose même plus la question de leur utilité, c’est fou !

Dans le cadre pro, j’ai essayé plusieurs réseaux, mais là où je me sens le plus à l’aise, c’est sur LinkedIn.

Combien de temps en moyenne chaque jour ?

En moyenne, je dirais 1h par jour.

Je m’arrange pour être disponible dans l’heure qui suit mes publications, pour répondre rapidement aux commentaires et aux messages.

Ton réseau social préféré ? Pourquoi ?

Pour le travail, c’est LinkedIn.

À titre perso, je suis peu active sur les réseaux sociaux. Par moment je suis sur Instagram, mais c’est irrégulier et ça finit toujours par me rappeler le boulot.

Instagram m’amène plus que LinkedIn à me comparer aux autres. Je ne diabolise pas Insta pour autant. Les réseaux sociaux, en soit, ce sont juste des outils. C’est l’utilisation que tu en fais qui peut t’apporter ou te nuire.

Marion Darras
"Instagram m’amène plus que LinkedIn à me comparer aux autres. Je ne diabolise pas Insta pour autant. Les réseaux sociaux, en soit, ce sont juste des outils. C’est l’utilisation que tu en fais qui peut t’apporter ou te nuire." Marion Darras

Quand je ne travaille pas, j’aime bien couper en fait. Pour éviter d’être tentée d’aller scroller frénétiquement mes fils d’actu, j’ai mis les applis des réseaux dans un dossier tout au fond de mon téléphone. 

Ton rapport au voyage

Tes 3 coups de cœur en France ? Pourquoi ?

  • La Normandie ! Je suis originaire de Normandie et, malgré mes déménagements, je m’y sens toujours chez moi.
  • La Bretagne, pour ses paysages et ses côtes sauvages.
  • La région d’Angers et de Saumur, pour les super souvenirs que je garde de mes études là-bas.

A l’étranger ?

  • Le lac de Constance en Allemagne. C’est à 4h de chez moi. Il y a une douceur de vivre que je n’ai ressentie nulle part ailleurs.
  • L’Islande en hiver et ses sources d’eau chaude. Une ambiance, une luminosité indescriptibles.
  • Grindelwald, en Suisse. C’était mon premier séjour rando à la montagne. J’en garde un magnifique souvenir.

Comment prépares-tu tes voyages ? As-tu des rituels avant de partir ?

Je fais des listes de tout ce que j’ai envie d’emmener, et j’enlève de ma valise les “au cas où”. Les “au cas où”, tu en as rarement besoin !

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?

Alors, c’est pas un voyage de fou, mais j’aimerais partir en itinérance VTT sur plusieurs jours. J’adorerais vivre ça.

La carte blanche de Marion Darras

Haha, la minute impro !

J’aimerais partager avec toi la dernière prise de conscience qui m’a fait avancer dans mon entreprise : le pouvoir des prescripteurs.

Les prescripteurs, ce sont des personnes qui vont recommander tes services.

Au début de mon activité, j’étais focalisée sur le fait de trouver des clients, trouver de nouvelles missions. Je n’arrivais pas à voir au-delà du CA que je devais rentrer, mois par mois.

J’avais complètement négligé les prescripteurs. Mon réseau, finalement.

Parce que les recommandations, c’est mon 1er levier d’acquisition.

Et c’est le plus puissant. Utiliser les réseaux sociaux -ou le marketing de contenu plus généralement-, ça ne sert pas seulement à trouver des clients. Ça te permet de créer une audience autour de toi, autour de ton univers.

Des gens chez qui résonne ce que tu dis. Ils ne sont peut-être pas concernés par ce que tu vends, mais ils connaissent quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un. Tu connais la suite.

Aujourd’hui, sur les missions que je rentre grâce à LinkedIn, je dois être à 40% de clients directs et 60% de prescripteurs.

Ces relations, ça s’entretient. Tu ne peux pas créer une audience si tu ne prends pas le temps de parler avec les gens, surtout quand tu commences. Je ne te parle pas de relations fake, je te parle de vrais liens. Des gens avec qui tu accroches. Des gens dont tu te soucies, dont tu prends des nouvelles.

Et peut-être qu’un an ou 2 ans plus tard, ils auront finalement besoin de tes services et là, pas de doute, c’est à toi qu’ils feront appel.

Où retrouver Marion Darras ?

Tu peux retrouver Marion Darras sur :

Un grand MERCI à Marion. J’avoue que que je suis complètement passé à coté en répondant 3 semaine après.

A toi, une question à poser à Marion Darras ?

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

Découvre mon interview avec Marion Darras, copywriter pour les entreprises en B2B. Au menu : freelancing, réseaux sociaux, voyage…