Temps de Lecture : 12 minutes

Découvre mon interview avec Marion Lacouture, modèle-photographe-vidéaste. Son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.

Pour cet épisode 39, je te présente Marion Lacouture Aka LCT, modèle photo depuis ses 16 ans. Récemment, elle est devenue photographe/vidéaste et a créé son auto entreprise pour permettre à quiconque de passer devant l’objectif en toute confiance et s’offrir une tout autre image de soi.

Avant que je n’oublie, tu peux également découvrir mes interviews avec :

Prêt.e ?

J'interviewe Marion Lacouture (modèle photo)

Présentation de Marion Lacouture

Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux ou celles qui ne te connaîtraient pas encore ?

Hello, je m´appelle Marion Lacouture.

J´ai 27 ans et je suis née à Nice. Je suis, je pense, ce qu’on appelle “une artiste”. Jusqu’à présent, j’ai eu une vie relativement « marginale », mais depuis 1 an, je me suis installée sur Lyon et je pense avoir trouvé un petit lieu propice à mon univers et je compte bien en profiter un certain temps.

Je suis une personne qui oscille entre narcissisme et autodérision, et je crée autour de ça. Mon travail personnel et artistique consiste à profiter de chaque opportunité que je rencontre et explorer une multitude de milieux et de styles divers et variés.

Marion Lacouture
1er shooting Mode mannequin des bacs à sables actived (crédit : Marion Lacouture).

Ton rapport à la photographie

Peux-tu nous raconter comment tu as commencé à être modèle ?

J´ai grandi dans un environnement familial riche d’expressions artistiques en tout genre. Donc naturellement, l’art m’est apparu comme la meilleure façon de m’exprimer. Au départ, ma démarche était totalement égoïste, moi qui n’étais pas très scolaire.

J’avais qu’un seul objectif en tête : ME DÉMARQUER. Quelle que soit la manière, pourvu qu’elle ne suive pas la “norme”, les codes habituels. À 12/13 ans, j’avais déjà beaucoup de choses à extérioriser et je ne sais pas comment je me suis retrouvée à retranscrire tout ça par le biais d´autoportraits.

À 16 ans, voyant que cela prenait énormément de place dans ma vie, ma mère m’a offert mon 1er shooting photo professionnel, et cela n’a fait que conforter et confirmer ce que j´ambitionnais de faire. Et malgré la difficulté d’avoir confiance en soi devant un inconnu pointant un objet intimidant sur moi, j’ai su que c’était le point de départ de la vie que je voulais mener.

Autoportrait de Marion
« Autoportrait » Avant de juger, rappelle toi de tes premières photos (crédit : Marion Lacouture).

Que ressens-tu quand tu es seule face à l’objectif ?

Que ce soit face aux photographes ou en autoportraits, je ressens tout un panel d’émotions très différentes. Celles qui ressortent souvent sont l’angoisse, la frustration, la peur de mal faire, de ne pas être à la hauteur, de n’avoir pas prévu ce qu’il fallait…

Marion Lacouture
Citation de Marion Lacouture

Mais aussi un sentiment de liberté, dans le mouvement, dans l’improvisation, dans la créativité…

De manière générale, quelle que soit l’émotion (le mood) sur le moment, je ressens toujours de la joie et de la fierté de faire ce que je fais !

Que ressens-tu quand tu vois les photos de toi suite à un shooting ?

Et bien, ma vision est assez évolutive.

Dans un 1er temps, je vais analyser et observer les éléments de la photo qui sont de mon fait (pose, tenue, expression…). Et étant assez exigeante avec moi-même, ce que je juge nécessaire d’améliorer ou de changer, je peux potentiellement demander, voir exiger (haha) qu´on refasse certaines images.

Puis dans un 2nd temps, je vais regarder la photo dans son ensemble et me trouver belle de pleins de façons. Cela me procure une certaine satisfaction. Et même, parfois, je peux être surprise par des poses ou expressions que j’ai pu faire…

La photographie, c’est comme rentrer à l’université de soi-même lorsque l’on dépasse la barrière de nos complexes et des diverses difficultés liées à notre image. Chaque expérience, chaque rencontre, chaque image a quelque chose à nous apprendre sur nos perceptions de nous-même, sur ce que l’on est capable de faire et sur ce qui nous entoure.

Marion Lacouture

Et pour ma part, c’est ce que je ressens à la suite de chaque shooting.

Shooting avec AKRAUM
AKRAUM (crédit : Marion Lacouture).

Quel est ton rapport à ton corps ? À la nudité ?

Je vais vous dire ma caractéristique principale, ce sera notre secret, je suis la définition même de l’expression : “avoir le cul entre 2 chaises”. Et cela est valable pour absolument tout.

Si je devais synthétiser, je dirais qu’à la fois j’adore mon corps. J’adore l’étendue de ses capacités alors que je ne fais pas particulièrement d’effort pour l’entretenir. J’aime mes lignes, j´aime mon visage et son intensité. J’ai conscience de mon image et pourtant je n’en reste pas moins sensible à certains complexes. Je passe comme tout un chacun par des phases où je n´ai pas confiance et où je n’apprécie plus mon image.

En revanche, j’accorde une importance à vivre mon down, mais à ne pas m’y attarder d’autant plus que je suis entourée de merveilleuses personnes qui m’apportent bienveillance et réconfort en toutes circonstances.

Concernant la nudité, j’aime l’esthétisme et l´intensité d´un corps quel qu’il soit, mais je n´en reste pas moins une personne très pudique. Je fais toujours très attention pendant le shooting, à ne pas montrer mon sexe, car pour moi, c´est la barrière que je ne peux et ne veux pas franchir.

Marion Lacouture
Citation de Marion

En revanche, je suis intimement admirative, voire envieuse de ces artistes qui parviennent à faire de leurs corps dans leur intégralité, un “outil de travail”.

Shooting avec FRT Photo
Crédits : FRT Photo & Marion Lacouture.

Quelles sont tes limites en matière de photo ?

Il y a encore 2 ou 3 ans de ça, j´aurais dit le porno, quel qu´il soit, soft ou hard, sexe visible, mais il s´avère qu´entre-temps, j´ai eu l’occasion de faire un shooting qui a bouleversé mes limites que je pensais intransgressables.

Céline Andréa (dont j’admire le travail) et mon ami Aymeric (@vicomtedelamoustachiere) (qui possède un pseudo aussi grand que son charisme) m´ont proposé de faire une photo cadrée sur mes fesses et mon sexe caressé par la main d’Aymeric. J´ai accepté à condition d’être anonyme et d’avoir un droit de regard pour voir si j´acceptais le résultat.

Lorsque j’ai vu la photo, j’étais bouche bée. Je n’ai jamais eu les mots pour décrire le chamboulement d’émotions que j’ai pu ressentir. J’ai même finalement publié cette photo qui m´était très dure à assumer, mais que j’aurais regretté d’avoir cachée tellement j’étais époustouflée par l’intensité que me renvoyait cette photo à la fois par son esthétisme et par le fait d’être émerveillée face à ce que je n’avais jamais osé dévoiler.

Donc, j’ai accepté le fait que mes limites, mes zones de confort peuvent parfois être franchies dans les bonnes conditions.

Peux-tu nous décrire le déroulement d’un shooting ?

Avant toute chose, en amont, il y a un dialogue qui est PRIMORDIAL pour le bon déroulement de la rencontre sur les conditions et le consentement de chaque collaborateur.

Lorsque j´arrive sur les lieux, je prends le temps de discuter de tout et de rien et j´use de mon redoutable humour pour instaurer un climat qui me met à l´aise.

Ensuite, les choses se mettent en placent, le décor/studio, les tenues…

J´adore ce moment-là, j´observe beaucoup, je pose énormément de questions (souvent les mêmes) et les réponses/méthodes sont toujours différentes.

Ce qui se passe pendant un shooting est compliqué à résumer car chaque expérience est unique. Même si on pourrait penser que c´est aussi simple que “faire des trucs devant quelqu’un qui appuie sur un bouton”.

Je dirais grossièrement (et pour prouver que j´ai un sens de l’humour pointu), que faire des shootings, c´est comme faire des dates Tinder. L´action est la même, mais les rencontres ne se ressemblent jamais.

Shooting avec BLINKCUT
Crédit : BLINKCUT et Marion Lacouture.

As-tu des astuces pour être à l’aise devant l’objectif ?

J’ai plusieurs astuces et conseils que je ne manque pas de donner sur mon Instagram par le biais de challenge bien souvent.

J’ai également, depuis l’année dernière, fondé une auto entreprise dans la formation principalement dédiée aux modèles. J’offre la possibilité aux personnes désireuses, de mettre un pied dans le milieu de la meilleure manière possible, je fais des ateliers pour celles et ceux déjà dans le domaine qui souhaitent se perfectionner et également un atelier pour les personnes souhaitant s’approprier et se réapproprier leurs corps/image.

J’ai déjà pu réaliser une dizaine de formations qui ont été incroyables en tout point !

Quels conseils donnerais-tu à un.e modèle débutant.e ?

Il est important de connaître tous les aspects de ce milieu : les avantages, les inconvénients, les risques, les conséquences… Il faut être lucide et réfléchir. Certes, c’est une passion, mais qui peut s’avérer dangereuse et néfaste. Il faut prendre conscience que l’on s’expose PHYSIQUEMENT sur des réseaux sociaux et cela a toute son importance !

Donc toujours bien se renseigner et ne pas hésiter à poser des questions à des personnes bien ancrées dans cet univers.

Que souhaites-tu montrer à travers tes photos ?

Je ne crois pas m’être déjà posée la question…

J’explore tout ce qu’il m’est possible de faire et les résultats sont très divers. Je pense pouvoir dire que je cherche à montrer tous les aspects de cet art dans la mesure de mes compétences, mais je ne suis pas persuadée que ce soit une bonne réponse haha.

Qui sont les photographes qui t’inspirent ? Avec quel photographe rêves-tu de shooter ?

J’ai tant de noms à citer… Juan Delo, Akraum, Céline Andrea, Marc Lamey, Tony Noel… Et 10 millions d’autres personnes. J’ai cité des artistes avec qui j’ai eu la chance de travailler et croyez moi ces gens-là sont incroyables !

Je rêverais de shooter pour Shotbysud et j’espère pouvoir monter à Rotterdam cette année ! Cédric Rouillat aussi, sublime travail, c’est vraiment un univers qui me parle et pour finir Martial Lenoir qui fait un travail de dingue.

Et un dernier, après j’arrête, mais je ne peux pas ne pas citer Le Turk qui à chaque publication me laisse sans voix.

Peux-tu nous partager ta meilleure expérience de shooting ?

C’était avec François Benveniste (@francoispbenveniste). J’ai, grâce à lui, découvert la Grèce de la meilleure manière qui soit et rencontré une amie qui compte beaucoup pour moi maintenant et avec qui du coup j’ai partagé une aventure de dingue !

Et puis en toute honnêteté, la fierté et ce sentiment de VIP qu’on ressent lorsque l’on vous invite dans un pays, loger dans une villa, tout compris et que votre boulot c’est de bronzer au bord d’une piscine et de poser. Je pense qu’il n’y a pas besoin d’en dire plus haha !

Ta pire expérience (Il n’y a pas d’obligation, c’est comme tu veux) ?

Pas de réponse.

Quel photographe me conseillerais-tu d’interviewer ? Quel.le modèle ?

Ils et elles méritent tous d’être interviewés, c’est une question piège (haha). Sincèrement il y a tellement d’artistes avec des univers et des motivations hyper intéressantes, mais je vais essayer de répondre quand même.

  • Photographe : @whatsup.nono, une petite nana incroyable humainement et artistiquement que j’ai eu plaisir à rencontrer récemment.
  • Modèle : Je pense à @absynthirae_sg qui a une histoire très forte et pourtant très belle d’un point de vue extérieur. Je suis admirative des personnes qui malgré des obstacles comme la santé parviennent à en faire leur force.

Ton rapport aux réseaux sociaux

Que penses-tu des réseaux sociaux ? Comment les utilises-tu ?

Globalement c’est comme pour tout, il y a de bons côtés et des mauvais, il faut savoir utiliser ces outils et avoir pleinement conscience de ce que ça implique.

Pour ma part, j’y suis tous les jours, notamment sur Instagram. Pour moi, le partage que j’ai avec mes followers est important et j’y suis très investie.

Combien de temps en moyenne chaque jour ?

Mon iPhone me dit que je passe en moyenne une dizaine d’heures dessus, 3h pour Instagram, 1 à 2h pour TikTok et le reste est réparti dans diverses applications de retouche, photo ou réseaux. Jamais de jeux.

Ton réseau social préféré ? Pourquoi ?

Instagram inévitablement, clairement, c’est fait pour publier ses photos, donc forcément, cela me parle. L’interaction avec les followers est parfaite et peut facilement être ludique par divers moyens.

Créativement en story, on est assez libre et pas mal de choses nous sont proposées, idem pour les posts. Il est assez facile de se créer son univers perso pour se démarquer. Seul bémol, la politique de censure.

Que penses-tu de Pinterest ? Comment l’utilises-tu ?

Gros blanc. Je ne l’utilise pas du tout.

Ton rapport au voyage

Tes 3 coups de cœur en France ? Pourquoi ?

  1. Contes (06), petit arrière-pays niçois totalement sublime où j’ai grandi et ai des souvenirs impérissables.
  2. La Bourboule (03) même si le site a été récemment détruit (#pascontentdutout), ça reste pour moi un coup de cœur de fou. Il y avait niché dans une forêt, une source chaude constituée d’un petit bunker avec une eau à 38°, un bassin en pierre naturelle avec une eau à 28° collé à la rivière qui elle en revanche, ne m’intéressait pas avec sa température glaciale 🥶. J’y ai passé beaucoup de temps à m’évader et je regrette beaucoup sa destruction.
  3. Lyon. Ville où je réside actuellement et ça a été une vraie surprise ! La ville est très belle, le mood et l’énergie me correspondent et globalement je m’y sens très bien.

À l’étranger ?

  1. J’ai eu la chance d’aller au Japon avec mon ami Brayan et là, j’aurais du mal à vous décrire ça. Ça a été une révélation, tout est surprenant, magnifique, différent et d’autres qualificatifs de ce style. En bref c’était remarquable.
  2. La Grèce, hormis la pseudo-vie de star qu’on avait, on a pu à la fois visiter et travailler dans des endroits sublimes. C’était de magnifiques « vacances » finalement.
  3. Et Amsterdam, car si on fait abstraction de la raison classique que tout le monde connaît, j’y ai de très bons souvenirs et des amis tatoueurs que j’adore et qui rendent mes visites là-bas encore plus cool !

Comment prépares-tu tes voyages ? As-tu des rituels avant de partir ?

Si je ne l’ai pas déjà dit, je me dois de préciser que je suis la reine de l’impro haha.

En général, je stresse énormément pour aucune raison précise. Donc moins j’y pense et mieux je me porte, alors je n’y pense pas et je ne m’occupe pas jusqu’aux derniers moments et quand c’est l’heure j’active le « mode automatique ».

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?

J’adorerais retourner assez rapidement à Amsterdam pour continuer mes tattoos et faire une petite escale à Rotterdam (vous-même vous savez 😉).

Carte blanche de Marion Lacouture

Pas de carte blanche pour Marion.

Où retrouver Marion Lacouture ?

Tu peux retrouver Marion Lacouture sur :

Un grand MERCI à Marion pour sa confiance et la qualité de nos échanges.

À toi, une question à poser à Marion Lacouture ?

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

J'interviewe Marion Lacouture (modèle photo)