Découvre mon interview avec le photographe Mathieu Bounty. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.

Mathieu Bounty : interview à contre-courant

Temps de Lecture : 12 minutes

Découvre mon interview à contre-courant avec le photographe Mathieu Bounty. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.

Chaque mois, je te propose une rencontre avec une personne pour laquelle j’ai eu un coup de cœur.

Selon mon invité, l’interview s’articule autour de la thématique de la photographie, du voyage, du street art, du marketing ou des réseaux sociaux.

Avant que j’oublie, tu peux également découvrir mes interviews avec :

Pour cet épisode 57, je te présente Mathieu Bounty, photopgraphe depuis 12 ans (mathieubountyphoto.com).

Présentation de Mathieu Bounty

Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux ou celles qui ne te connaîtraient pas encore ?

Je m’appelle Mathieu Bounty, photographe depuis 12 ans par intermittence et pour de vrai depuis 2018.

Après 2 couvertures pour Wyylde (en version magazine papier), et un calendrier Avion de Chasse en 2018 (puis un autre en 2019), j’ai décidé de me lancer à plein temps dans la photo.

Présentation du photographe Mathieu Bounty
Crédit : Mathieu Bounty

Je me suis dit “il y a un signe” et mon ancien boulot de salarié me pesait plus que tout. La photo était vraiment une bouffée d’air frais.

Alors je me suis lancé et ensuite c’est nuworkshops.com qui m’a demandé de devenir maître de stage pour des cours de photos de nu à Lyon.

Bien que je me sois fait connaître dans le nu et le sexy, aujourd’hui, je fais un peu de tout (entreprises, corporate, photos de plateau, immobilier). Je fais à la fois de la photo de nu et de la photo de mode.

Mathieu Bounty

Mon ambition est de m’orienter plus vers la publicité.

Ton rapport à la photographie

Peux-tu nous raconter comment tu as commencé la photo ?

Par hasard !

Au départ, j’étais animateur radio. Un jour, je me suis retrouvé au chômage. Je voulais qu’on parle de moi, faire le buzz, qu’on me ré-embauche, alors… j’ai eu l’idée de faire un calendrier sexy !

En réalité, la véritable histoire et le cheminement sont beaucoup plus longs, mais pour faire court, on va dire que des amis et des modèles étaient partantes mais pas les photographes.

Alors j’ai piqué l’appareil de mon père et je m’y suis collé.

Et ça m’a plu.

J’ai ensuite fait une longue pause, repris la radio longtemps. Et un jour je suis arrivé à Lyon et l’envie de photo m’a repris.

3 ans plus tard, des entreprises, magazines, calendriers m’ont contacté pour me faire travailler. Je me suis dit “ok, fonce, il se passe un truc en photo” et me voici !

Ton rapport à la photographie
Crédit : Mathieu Bounty

Comment as-tu appris la photo ?

Tout seul en autodidacte.

Photoshop avec des amies modèles qui bidouillaient dessus et puis j’ai lu des articles sur internet.

En 2014, quand je m’y suis vraiment remis, j’ai ressenti le besoin de me remettre à niveau et de réapprendre les bases en m’inscrivant à un workshop (atelier).

J’ai donc pris un seul et unique cours avec un photographe (coucou Lionel Moreau !).

Et ensuite des heures et des heures, et encore des heures de tutos sur YouTube. C’est un excellent professeur à condition d’être patient.

Comment définirais-tu ton travail ?

C’est super difficile d’avoir un regard objectif sur soi-même. Un jour, quelqu’un m’a dit (et j’ai adoré ce compliment) :

Il y a une vraie sensibilité féminine qui se dégage de tes photos.

Je le définirais comme :

  • Doux,
  • Sensuel,
  • Sensiblement féminin,
  • Provoquant (parfois).

J’aime transgresser, secouer un peu également.

Shooting photo avec Mathieu Bounty
Crédit : Mathieu Bounty

Combien de temps passes-tu par mois à shooter ?

Le plus possible !

En perso, je dirais une moyenne de 5 shoots par mois, et en pro, ça dépend vraiment.

Comment choisis tu tes modèles ? Tes lieux de shoots ?

Il faut qu’elles ou ils aient quelque chose qui me parle. Parfois, ce sont elles qui me choisissent.

Quant aux lieux, l’un ne va pas sans l’autre. Parfois, on a une idée de lieu et on cherche LA ou LE modèle qui ira parfaitement dedans.

Et inversement, quand on a le ou la modèle, on cherche un lieu (ou un décor si c’est dans mon studio) adéquat.

C’est ce qui fait également le charme de mes photos et j’en suis pleinement conscient.

Peux-tu nous décrire le déroulement d’un shooting ? As-tu des astuces pour mettre à l’aise tes modèles ?

Bien sûr, je chante « Les lacs du Connemara » et ça détend tout le monde !

Non plus sérieusement, je pense avoir la chance d’être naturellement quelqu’un qui met les gens à l’aise. C’est un vrai atout.

Je ris beaucoup, je blague, je dis bien aux modèles qu’elles doivent se changer dans la loge…

En fait, je pense tout simplement qu’il faut être sincère. On remarque la différence entre quelqu’un qui blague, mais qui est pudique et quelqu’un qui vous matte lourdement en insistant pour que vous fassiez du nu ou autre.

Il ne faut pas être con… Je marche au feeling.

Quand au déroulement d’un shooting, en général, on discute en amont du thème, du lieu, des tenues.

La modèle arrive, seule ou non. On boit un café et on discute. Je suis très bavard, je sais pas si vous avez remarqué.

On reparle du thème et on s’y met.

Les lumières/décors sont déjà placés en amont ou sont placés pendant que la modèle se change.

Ensuite, c’est le moment que je préfère : le shooting.

Rencontrer, discuter, échanger.

La retouche tout seul devant le pc, c’est plus chiant.

Quels conseils donnerais tu à un(e) photographe débutant(e) ?

De prendre un cours avec moi, je ne suis pas cher.

Avec le code GuillaumeServos, je vous fais – 20% !

Je lui dirai de pratiquer, pratiquer, pratiquer.

De s’inscrire sur des groupes Facebook ou autre, de rencontrer des photographes (mais choisir les bons) et modèles, de bouffer des tutos, de lire des bouquins…

Le plus important : exercer son œil. Comprendre pourquoi une photo est bonne et pas une autre.

Et ne pas hésiter à reproduire ce que font ses idoles.

Ce n’est que plus tard qu’on trouve son style et sa personnalité. Ne pas écouter les autres et s’écouter soi-même !

Venez directement me demander, je vous donnerai tous mes secrets.

Quels conseils donnerais tu à un(e) photographe débutant(e) ?
Crédit : Mathieu Bounty

Qui sont les photographes qui t’inspirent ?

Le 1er à m’avoir inspiré à mes 16 ans est David LaChapelle. Son exposition à Paris, il y a 10 ans, était géniale. Toutes ses couleurs…

Dans le même style, j’adore Nicolas Bets.

Récemment, j’ai découvert Lindsay Adler et Nath Sakura. D’une manière générale, la photo d’art m’inspire (Formento & Formento, Le Turk, Rancinan).

Côté nu sans hésiter : Sylvio Testa qui reste mon maître du nu.

Sinon, je dirais Peter Hegre, et bien d’autres de ses comparses mais que je ne vais pas dévoiler ici !

Peux-tu nous partager ta meilleure expérience de shooting ?

Il y en a eu pleins !

Un de mes meilleurs souvenirs est quand je suis allé à Barcelone pour shooter Sadie Gray.

Se retrouver là dans cette belle ville, avec cette modèle internationale, simple, pro, superbe, sous le soleil, c’était juste génial.

En plus, il y a eu un cafouillage avec le lieu. En dernière minute, on a trouvé un lieu beaucoup mieux que ce qui était prévu !

Et une des photos a fini dans le calendrier Avions de Chasse 2020.

Dans le même style, j’étais parti un soir avec Tony Lopez en bus de nuit direction Fréjus sur un coup de tête pour shooter une modèle.

Nous sommes arrivés à 5h du matin. Nous avons pris le petit déj sur la plage en regardant le soleil se lever. A 9h, la modèle est venue nous chercher, nous a emmenés dans une crique dont elle a le secret et on a shooté très simplement.

Il faisait chaud, l’eau était superbe.

A midi, nous étions dans un restaurant de plage, puis Tony est rentré, moi j’ai loué un transat et ai profité de cette journée sur la plage avant de rentrer le soir.

J’ai adoré cette journée, c’était parfait.

La meilleure expérience de shooting du photographe Mathieu Bounty
Crédit : Mathieu Bounty

Et ton meilleur souvenir photo ?

Quand Avions de Chasse m’a appelé pour me dire “on aime ce que tu fais, on te veut dans notre 1er calendrier avec Sylvio Testa. »

J’étais comme un dingue.

Ta pire expérience ?

En fait (et heureusement), je n’ai pas vraiment eu de “pire” expérience en shooting.

J’ai eu ce shooting très drôle où la modèle est venue avec son bébé et son copain… Pour faire du nu, c’était spécial mais plutôt cocasse.

En mauvais souvenir, j’ai un de mes premiers shoots où j’ai fait une blague déplacée pour détendre l’atmosphère (c’était mes débuts maladroits).

La modèle n’a pas ri mais elle n’était pas française, avait-elle compris ? Cela m’a extrêmement gêné, au point que j’avais hâte que le shoot se termine à peine commencé.

C’est une des pires sensations possibles.

Par contre, j’ai eu plus de déconvenues hors shootings. Comme à Noël 2018 où une webcameuse connue me contacte pour faire son calendrier.

J’étais honoré et ravi du projet, pour finalement m’annoncer très calmement qu’elle ne me paierait pas, que je ne toucherais pas un centime sur les ventes et que, si elle ne me l’avait pas avoué, je ne l’aurai jamais su !

Quel photographe me conseillerais-tu d’interviewer ? Quel(le) Modèle ?

Un tas !

En photographe, je dirais évidemment Sylvio Testa pour son parcours global.

  • Nath Sakura, c’est la boss.
  • Nicolas Bets, j’adore son univers et, en plus, il est très sympa.
  • Bertrand Machet doit avoir pas mal d’anecdotes !

Sinon Jam Abelanet ou Mathieu Galfré qui sont des amis.

En modèles, je dirai :

  • Laura Giraudi,
  • Ceriz Vodka,
  • Fanny Belladonna

Elles ont tous des supers parcours.

Et Kim-M aurait aussi des choses à dire. En plus, je suis sympa, je ne t’ai cité que des françaises et français.

Ton rapport aux réseaux sociaux

Que penses-tu des réseaux sociaux ? Comment les utilises-tu ?

C’est un outil de communication et de partage formidable.

Pour tous les freelances, c’est vraiment génial. Par contre, je déplore juste l’utilisation que certains en font.

Tout un chacun peut se proclamer modèle ou photographe sans vérification derrière ou approbation. Oui, je suis un peu élitiste (lol).

Sinon, c’est chronophage, il faut faire gaffe.

Combien de temps en moyenne chaque jour ?

Instagram, trop peu et Facebook beaucoup trop.

Je saurai pas te dire. Je regarde mon téléphone toutes les 10 minutes comme tout le monde.

En plus, 90% du temps passé sur mon PC, Facebook tourne en fond…

Ton réseau social préféré ? Pourquoi ?

Sans surprise : instagram.

C’est l’outil idéal pour les photographes. Je déteste y passer du temps, mais c’est très utile.

Par contre, il faudrait qu’ils ouvrent l’application sur PC. Je serais tellement heureux ! (Je ne suis pas très smartphone.)

Et sinon, je suis un enfant de Facebook. Je suis vieux, j’y passe beaucoup trop de temps chaque jour.

Oui, je sais : c’est dépassé, mais je scrolle comme un couillon !!

Ton rapport au voyage

Tes 3 coups de cœur en France ? Pourquoi ?

Mhhh, je dirais tout le sud de la France :

  • la Provence,
  • la Côte d’Azur.

Je suis né là bas, j’y ai passé tous mes étés et c’est le plus beau coin de France, notamment : la villa Ephrussi de Rotschield à St Jean Cap Ferrat. J’y ai vraiment eu un coup de cœur en la visitant avec mes parents.

Ensuite, je pourrais dire Dijon car j’y ai ma famille, mes racines, mais je vais quand même dire le Château de Versailles. Bon souvenir là-bas aussi et puis, c’est l’histoire.

Et le château de Pierrefonds. Trop peu connu mais un vrai château de belle au bois dormant.

Et Carcassonne. Faites le 14 juillet là bas et pas ailleurs. Cela vaut vraiment le coup.

A l’étranger ?

J’ai adoré Prague. C’est super beau. C’est le pays de la bière et c’est GÉNIAL. J’aimerais beaucoup y retourner.

J’adore également Londres (Notting Hill est un super quartier). La Croatie aussi, super pays en général, bon souvenir de road-trip.

Sinon, je ne suis pas encore jamais allé aux Etats-Unis, mais je pense que j’adorerais New York.

Et Tahiti… J’aimerais bien y aller aussi.

Comment prépares-tu tes voyages ? As-tu des rituels avant de partir ?

Oui, je plie bien tous mes slips dans ma valise et je prends autant de slips que de jours de voyage.

Non plus sérieusement je suis quelqu’un de très à l’arrache.

Mon seul rituel est peut-être de préparer une playlist pour le voyage et de vérifier que j’ai bien pris tous mes appareils high-tech.

PS : je ne porte pas de slip. Le mot slip me fait rire. Slip.

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?

J’en ai absolument AUCUNE Idée.

J’aimerais faire des îles, voyager plus, mais malheureusement, je suis trop la tête dans le guidon en ce moment avec ma boite…

Ah si ! BALI ! Je devais y aller mais cela ne s’est pas fait. Je VEUX faire un SHOOTING A BALI !

La carte blanche de Mathieu Bounty

Guillaume m’a demandé ici de traiter du sujet que je voulais en 20 lignes.

Ce n’est pas un mais plusieurs sujets que j’ai eu envie de traiter, et pas en seulement 20 lignes.

Alors je pense (et depuis longtemps) que je vais vraiment faire des videos pour évoquer plein de sujets concernant la photographie en général et ses accôtés.

C’est un super métier, une super passion et il y a beaucoup de choses à dire.

En répondant à ces questions, plein de souvenirs et d’anecdotes sont revenus à la surface. Alors restez connectés car je vais faire ça bientôt et n’hésitez pas à venir me parler, je vous raconterai plein d’histoires !

Et pour finir sur une note positive : la photo a toujours été une bouffée d’air frais pour moi.

La carte blanche de Mathieu Bounty
Crédit : Mathieu Bounty

Un beau souvenir qui me revient, c’est un jour de novembre 2017, j’ai un shoot le soir, et juste avant de partir les directeurs de mon boulot de l’époque me convoquent à la dernière minute pour m’annoncer que je suis sur le point de me faire virer.

Ils me passent un savon mémorable. Ce qu’ils disent est injuste, cela me mine le moral.

J’ai failli louper mon shooting à cause d’eux, mais j’y vais quand même, très, très en retard.

J’ai passé une des meilleures soirées de ma vie. Les photos de ce soir là m’ont permis de me faire repérer par des gens qui m’ont aidé à me lancer plus tard.

Ne lâchez rien, croyez en vous. Les autres ne le feront pas à votre place.

Mathieu Bounty

Où retrouver Mathieu Bounty ?

Tu peux retrouver Mathieu Bounty :

Un grand MERCI à Mathieu pour sa générosité et son enthousiasme à participer à cette interview. J’ai pris beaucoup de plaisir à te présenter cette interview.

Le savais-tu ? Chaque article me prend entre 4 et 5 heures de travail, soit 31,32€ au SMIC horaire net. Je m’en fiche royalement car j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cet article pour toi. Pour m’encourager, laisse-moi un petit commentaire sur cet article et partage-le avec un(e) ami(e) qui aime les sextoys. Cela ne te prendra que quelques secondes et cela me fera extrêmement plaisir. En plus, cela aidera mon site a être mieux classé dans Google.

Guillaume Servos

A toi, quelle question aimerais-tu poser à Mathieu Bounty ?

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

Découvre mon interview avec le photographe Mathieu Bounty. Au menu : son rapport à la photographie, aux réseaux sociaux et au voyage.
Mathieu Bounty : interview à contre-courant

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *