Régime, anxiété, addiction... Roy Baumeister et John Tierney nous décryptent les études autour du pouvoir de la volonté et du self-control.

Le pouvoir de la volonté : on lit ou on zappe ?

Temps de Lecture : 10 minutes

Régime, anxiété, addiction… Roy Baumeister et John Tierney nous décryptent les études autour du pouvoir de la volonté et du self-control.

Si tu es un(e) fidèle du blog, tu sais que j’adore les bouquins qui parlent d’économie comportementale et de psychologie sociale.

Cela faisait longtemps que je retrouvais le nom de Roy Baumeister dans différentes notes bibliographiques de mes lectures.

Bref, quand j’ai vu qu’il existait une version en français d’un de ses livres, je n’ai pas hésité longtemps !

En plus, quand nous y réfléchissons bien, la plupart des problèmes sérieux auxquels nous sommes confrontés dans notre vie perso et pro peuvent être vaincus par le pouvoir de la volonté.

Alors le livre de Roy Baumeister et John Tierney, on lit ou on zappe ?

Le pouvoir de la volonté présenté par Guillaume Servos

Avant que j’oublie, tu peux aussi découvrir :

Qui sont vraiment Roy Baumeister et John Tierney ?

Pour information, John Tierney a largement contribué à populariser les concepts de Roy Baumeister pour les rendre accessibles au grand public.

Roy Baumeister

En 4 ème de couverture, tu peux lire que Roy Baumeister est professeur de psychologie à l’université de Floride.

Pour l’anecdote, il est également mondialement reconnu pour ses études sur :

  • La représentation de soi,
  • L’autorégulation,
  • La violence,
  • La sexualité.

John Tierney

Quant à John Tierney , il est journaliste scientifique au New York Times.

Ce que tu vas trouver dans le livre Le Pouvoir de la volonté de Roy Baumeister et John Tierney

Par rapport à la version originale, la maison d’édition française a cru bon de rajouter une préface et une postface.

Personnellement, j’ai trouvé ça inutile !

La volonté : plus qu’une métaphore ? (Chapitre 1)

Dans ce 1er chapitre, les auteurs définissent les concepts de volonté, de self-control et d’épuisement de l’ego.

Attention à l’épuisement de l’ego

Par exemple, ils nous conseillent de nous abstenir de tout exercice mental intense avant une réunion, surtout si tu souhaites éviter d’afficher ton plus beau sourire sarcastique.

Baumeister nous démontre que nous finissons TOUS par échouer quand nous dépensons notre énergie à exercer notre volonté.

Pour lui, ce n’est pas un symptôme unique qui permet de reconnaître les signes avant-coureurs des problèmes liés à l’épuisement de l’ego, mais plutôt un changement dans l’intensité générale de ses sentiments.

Notre quantité de volonté est limitée

  1. La quantité de volonté dont nous disposons est limitée et se réduit au fur à mesure que nous l’utilisons.
  2. Nous puisons dans le même stock de volonté pour effectuer toutes sortes de tâches.
Notre quantité de volonté est limitée
Crédit : Canva

Nos 4 grands usages de la volonté

Baumeister distingue également les usages de la volonté en 4 grandes catégories :

  1. Les combats perdus d’avance,
  2. Régulation de l’affect (contrôle émotionnel) pour réguler sa bonne ou sa mauvaise humeur,
  3. Contrôle des impulsions, notre capacité à résister aux tentations (alcool, tabac, gâteaux, sexe…),
  4. Contrôle de la performance, l’énergie que nous devons mettre en place pour accomplir une tâche.

Par exemple, il revient sur l’importance de se concentrer sur un seul projet à la fois.

Mieux vaut ne prendre qu’une seule résolution et s’y tenir.

PS : c’est déjà bien assez difficile !

D’où vient le pouvoir de la volonté ? (Chapitre 2)

Dans ce chapitre, Baumeister nous explique le lien entre glucose et self-control.

D’après les expériences menées sur le sujet, il est impossible d’avoir du self-control sans glucose.

La volonté dans l’assiette

Par exemple, il nous conseille de prendre un bon petit déjeuner les jours où nous sommes physiquement et psychologiquement sous pression.

Mieux vaut consommer des glucides lents. Notre corps convertit pratiquement tous les aliments en glucose, mais à des vitesses différentes.

Les aliments à faible indice glycémique permettent le mieux de garder son self-control.

Par exemple :

  • La plupart des légumes,
  • Les fruits à coque,
  • Un grand nombre de fruits crus,
  • Le fromage,
  • Le poisson,
  • La viande,
  • L’huile d’olive et autres bonnes matières grasses.

Quand tu es malade, tu dois laisser ton glucose se concentrer sur ton système immunitaire. Évite les tâches trop exigeantes.

S’organiser : une histoire de calendrier de travail (chapitre 3)

Dans ce chapitre, Baumeister revient sur :

  1. L’importance d’avoir des objectifs SMART (Spécifique, Mesurable, Actionnable, Réaliste et Temporel),
  2. La méthode GTD de David Allen
  3. L’effet Zeigarnik

Les objectifs SMART

Quand tu veux être ton propre maître, tu dois commencer par te fixer des objectifs précis.

Les chercheurs parlent de régulation émotionnelle pour parler du self-control.

Si tu ne te fixes pas des objectifs SMART, Baumeister identifie 3 risques :

  • Stress,
  • Tendance à en faire moins,
  • Risque pour notre santé physique et mentale.

PS : plus nous avons des objectifs contradictoires, plus nous nous ne sentons coincés, moins nous sommes heureux et moins nous sommes en bonne santé.

La méthode GTD (getting things done) de David Allen

Pour en savoir plus, je te renvoie à l’excellent article d’Everlaab sur le sujet.

L’effet Zeigarnik

L’effet Zeigarnik se traduit par cette tendance que nous avons tous à mieux nous souvenir des tâches inachevées plutôt que de celles que nous avons déjà accomplies.

En savoir plus :

La fatigue décisionnelle (chapitre 4)

La fatigué décisionnelle a été démontrée par une série d’expériences qui indique que les décideurs abandonnent bien plus vite que les non-décideurs.

Pourquoi ?

Chaque jour, nous avons un stock limité de volonté. Plus tu prends des décisions, plus tu fais des choix et plus tu épuises rapidement ce stock !

PS : il est beaucoup moins fatiguant de prendre une décision pour quelqu’un dont nous ne sommes pas particulièrement proches que pour nous-mêmes.

La peur de se fermer des portes explique pourquoi nous hésitons à prendre des décisions.

Plus nous limitons ses options en prenant une décision, plus nous craignons de nous priver d’une possibilité importante.

“Se fermer une porte, c’est ressentir un sentiment de perte, une émotion que nous préférons éviter, quitte à perdre un peu d’argent.”

Dan Ariely

Des comparaisons qui peuvent servir (chapitre 5)

Dans ce chapitre, Baumeister nous parle des comparaisons qui peuvent servir.

Par exemple, du point de vue de la satisfaction, il semble qu’il vaille mieux réfléchir à tout ce que nous avons accompli. Par contre, pour cultiver notre ambition et notre motivation, il faut mieux penser à tout le chemin qu’il reste encore à accomplir !

Pour l’auteur, quoi qu’il en soit, nous avons toujours intérêt à nous comparer aux autres du point de vue de la volonté.

Les comparaisons ont encore plus d’impact quand nous nous mettons à partager ouvertement nos performances avec les autres.

Ce que nous divulguerons aux autres a plus d’impact que ce que nous gardons pour nous. Nous prêtons plus attention à ce que les autres savent sur nous qu’à ce que nous savons sur nous-mêmes.

Peut-on développer sa volonté ? (chapitre 6)

Il est très tentant de croire que, quand nous nous mettons à faire du sport, nous avons naturellement tendance à adopter une alimentation plus équilibrée.

En fait, c’est tout le contraire !

Peut-on développer sa volonté ?
Crédit : Canva

Quand tu commences à faire du sport, tu te sens plus vertueux et tu es plus enclin à t’imaginer mériter des frites avec un burger bourré de calories.

Félicitations, tu viens de faire connaissance avec l’effet de compensation morale (l’idée que chaque bonne action te donne la permission de faire quelque chose que tu ne devrais pas faire).

La clé réside dans le fait de concentrer tes efforts sur un aspect de la volonté en particulier. Plus ta volonté se développe et plus ton endurance augmente.

S’en sortir quand on est au cœur des ténèbres (chapitre 7)

Dans ce chapitre, Baumeister évoque l’écart d’empathie chaud-froid :

Quand on se fixe en général des règles de conduite à tête reposée, nos résolutions sont souvent irréalistes (et trop optimistes).

C’est très facile de dire que nous allons faire un régime quand tu n’as pas faim.

Loewenstein

Le pouvoir magique des résolutions irrévocables

Cette stratégie consiste à s’enfermer dans le droit chemin. Elle demande de reconnaître que nous allons être tenté de faire des incartades et que notre volonté va flancher.

Elle vise donc à rendre tout écart impossible ou du moins d’une infamie et d’une ignominie inconcevables.

Par exemple, s’inscrire sur la liste des interdits de casinos pour éviter toute tentation.

Le self-control joue un rôle particulièrement important dans les performances professionnelles et scolaires. Par contre, il a un impact bien plus faible dans l’alimentation et les régimes.

Pour développer ton self-control, tu peux te :

  1. Concentrer sur des sujets nobles,
  2. Réfléchir au pourquoi. Cela oblige ton cerveau à fonctionner à un plus haut niveau et à se concentrer sur l’avenir, alors que s’interroger au comment faire redescendre la pensée à un niveau plus terre à terre.

PS : nous avons un biais cognitif qui nous fait survaloriser le moment présent au détriment du futur !

Sortir de l’alcoolisme grâce à l’aide de dieu ? (chapitre 8)

Dans ce chapitre, Baumeister évoque l’exemple des alcooliques anonymes et de la religion.

D’après lui, la religion permet de créer une discipline qui apprend aux fidèles à veiller à leurs comportements.

Estime de soi vs Self-control dans l’éducation (chapitre 9)

Les études montrent qu’il n’y a aucune différence entre les parents qui valorisent l’estime de soi et les parents qui valorisent le self-control.

L’estime de soi n’entraîne généralement pas de meilleurs résultats scolaires ou professionnels, et ne semblent pas non plus permettre aux personnes de s’abstenir de fumer, boire ou de se droguer…

Par contre, l’estime de soi présente 2 avantages clairement démontrés :

  1. Elle donne plus d’initiatives,
  2. Il est agréable d’avoir une bonne estime de soi (réservoir d’émotions positives).

Pourquoi les asiatiques sont exceptionnels ?

  1. Ils en veulent plus pour leurs enfants.
  2. Ils se font une plus haute idée de leurs enfants, au sens où ils savent ce qu’ils sont capables de supporter.

Source : “L’hymne de bataille de la mère tigre” Amy Chua.

Jouer pour gagner

Les jeux utilisent subtilement les étapes qui mènent au self-control en :

  • Donnant des objectifs clairs et atteignables aux joueurs,
  • Assurant un retour d’information instantané,
  • Nous encourageant suffisamment pour nous pousser à nous entraîner et à progresser.

Les régimes : ne jamais dire jamais ! (chapitre 10)

Baumeister nous rappelle que le pouvoir de volonté nous permet de réussir dans de nombreux domaines, mais qu’il ne présente pas un avantage net quand tu veux perdre des kilos en trop.

Les régimes : ne jamais dire jamais !
Crédit : Canva

Notre capacité de maigrir en changeant radicalement d’alimentation est précieuse parce que nous n’y arriverons qu’une seule fois !

Au lieu d’essayer de perdre du poids rapidement aujourd’hui, il nous conseille plutôt de consacrer notre self-control à l’acquisition graduelle d’habitudes qui auront un impact sur le long terme.

Baumeister nous démontre que les régimes marchent en général la 1 ère fois, mais finissent par échouer à long terme.

Il nous explique également :

  • L’effet du “tant qu’à faire”,
  • Le cercle vicieux des régimes,
  • Comment se préparer à combattre ses rondeurs ?
  • L’intérêt de se peser régulièrement et de compter ses calories.

Ce que j’ai aimé et moins aimé dans le pouvoir de la volonté

Suspense…

Ce que j’ai le PLUS aimé dans le livre de Roy Baumeister et John Tierney

  • Les exemples variés et toujours bien choisis,
  • La grande facilité à lire le livre.

Ce que j’ai le MOINS aimé

  • Certaines longueurs.

Mon verdict

Sans surprise, j’ai beaucoup aimé.

Je pense que c’est un livre qui appartient à la catégorie des livres “modèles mentaux” à relire régulièrement pour mettre en oeuvre et appliquer un nouveau principe à chaque lecture.

Dans cet article, j’ai beaucoup parlé de Roy Baumeister, mais saluons également le talent de John Tierney pour populariser des concepts de psychologie sociale pas toujours simples à comprendre de prime abord.

A retenir (et à partager)

Régime, anxiété, addiction... Roy Baumeister et John Tierney nous décryptent les études autour du pouvoir de la volonté et du self-control.
Le pouvoir de la volonté : on lit ou on zappe ?

Le savais-tu ? Chaque article me prend entre 4 et 5 heures de travail, soit 31,32€ au SMIC horaire net. Je m’en fiche royalement car j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cet article pour toi. Pour m’encourager, laisse-moi un petit commentaire sur cet article et partage-le avec un ami qui s’intéresse à la psychologie. Cela ne te prendra que quelques secondes et cela me fera extrêmement plaisir. En plus, cela aidera mon site a être mieux classé dans Google.

Guillaume Servos

A toi, que penses-tu du pouvoir de la volonté ?

Les solutions que je propose

Chef d’entreprise ou responsable marketing, je peux vous aider à :

  • Générer du trafic, des conversions et des ventes avec la création de contenus (newsletters, articles de blog, Facebook Ads, Instagram Ads, Pinterest Ads…),
  • Générer du trafic qualifié sur mon site internet avec Pinterest et/ou toucher plus de clients avec les Pinterest Ads.
  • Générer des prospects qui achètent avec les réseaux sociaux.

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

Régime, anxiété, addiction... Roy Baumeister et John Tierney nous décryptent les études autour du pouvoir de la volonté et du self-control.
Le pouvoir de la volonté : on lit ou on zappe ?

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *