Découvre mon interview avec Ilan Abehassera du podcast Oui Are New York. Au menu : son rapport au podcasting, aux réseaux sociaux, au voyage et sa carte blanche.

Interview avec Ilan Abehassera du podcast Oui Are New York

Temps de Lecture : 7 minutes

Découvre mon interview avec Ilan Abehassera du podcast Oui Are New York. Au menu : son rapport au podcasting, aux réseaux sociaux, au voyage et sa carte blanche.

Chaque mois, je te propose une rencontre avec une personne pour laquelle j’ai eu un coup de cœur.

Selon mon invité, l’interview s’articule autour de la thématique de la photographie, du voyage, du street art, du marketing ou des réseaux sociaux.

Avant que j’oublie, tu peux également découvrir mes interviews avec :

Pour cet épisode 43, je te présente Ilan Abehassera, entrepreneur dans la tech (willo.com), investisseur (avrhm.com) et créateur du podcast Oui Are New York (ouiareny.com) dans lequel il interviewe des entrepreneurs et des cadres français qui réussissent aux Etats-Unis.

Présentation d’Ilan Abehassera (Oui Are New York)

Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux ou celles qui ne connaîtraient pas encore ?

Je suis un entrepreneur. Je suis arrivé aux Etats-Unis il y a quatorze ans après mon école de commerce.

Depuis tout petit, je rêvais de New York. En 2004, j’ai pu réaliser mon rêve. J’ai d’abord bossé pour quelques startups.

En 2008, j’ai monté ma première boite Producteev que nous avons revendue à Jive. Puis, je suis parti habiter à Palo Alto (Californie) pendant deux ans.

Je suis revenu et j’ai monté ma deuxième boite (Ily) que nous avons revendue à Nucleus à New York.

Et puis, troisième boite qui m’occupe depuis deux ans, Willo où j’ai rejoint un père et son fils, Jean-Marie et Hugo qui ont inventé un robot qui automatise le brossage de dents.

J’ai rejoint cette boite dont je suis le co-founder et le COO.

Même si je travaille à 110 % sur ce projet, depuis 2012, je suis également investisseur.

Depuis 2018, j’ai également monté le fond d’investissement Avrhm Capital.

Ton rapport au Podacst

Pourquoi as tu décidé de te lancer dans la création de ton podcast ?

Depuis trois ans, j’écoute des podcasts. Je suis grand fan du format.

J’ai arrêté d’écouter de la musique le matin et le soir dans le métro et je n’écoute plus que des podcasts.

Aujourd’hui, je trouve que c’est le meilleur moyen pour s’éduquer, rester curieux, suivre l’actualité et comprendre ce qui se passe sur des sujets qui m’intéressent.

Peux-tu nous présenter ton podcast Oui Are New York ?

Depuis un an et demi, j’écoute le podcast de Matthieu Stefani « Génération Do it yourself » dont j’ai été l’un de ses premiers invités.

Matthieu m’a montré que ce n’était pas impossible de créer un nouveau podcast.

J’ai alors identifié une niche que je connais très, très bien, celles des français qui réussissent aux Etats-Unis.

C’est comme ça que j’ai décidé de lancer Oui Are New York. Je découvre la raison pour laquelle les français sont assez bons aux Etats-Unis et réussissent aussi bien.

On a beaucoup d’exemples de réussite, dans la tech mais pas que, dans la mode, dans la cuisine évidemment, dans l’immobilier…

Dans la tech, on a beaucoup d’entreprises qui ont réussi aux Etats-Unis comme Algolia, Sunrise, Dataiku, ContentSquare, PeopleDoc…

Dans Oui Are New York, j’essaie donc de découvrir la « secret sauce » de ces français.

Dans We Are New York, j'essaie donc de découvrir la "secret sauce" de ces français.

Combien de temps passes tu en moyenne pour créer un épisode ? Les différentes étapes ?

En moyenne, il me faut 1h-1h30 pour préparer un épisode, avoir la trame de l’interview plus 30 minutes par semaine pour contacter de nouveaux invités.

Maintenant, j’essaie d’avoir des interviews assez fluides. Ce n’est pas grave si je ne pose pas toutes mes questions.

Je veux avant tout que cela s’écoute d’un trait, sans que l’on passe d’un sujet à un autre de manière brutale.

Ensuite, j’enregistre l’épisode d’un seul jet, sans montage et sans post production.

C’est très important pour moi.

Après, je passe maximum une heure pour le mettre en ligne, rajouter l’introduction et le générique de fin, et ajouter la description de l’épisode.

Je publie sur la plateforme anchor.fm pour publier et distribuer mon podcast.

Depuis peu, j’ai également créé mon site internet pour optimiser le SEO.

Après, j’utilise Buffer pour faire la promotion de chaque épisode sur tous mes réseaux sociaux.

Malheureusement, je n’ai pas assez de temps pour faire plus de marketing mais cela devrait changer.

Tes conseils pour un/une débutant(e) qui voudrait se lancer ?

Avoir un bon concept, pas encore TROP pris.

Par exemple, si tu veux lancer aujourd’hui un podcast sur les entrepreneurs en France, c’est un peu trop tard.

Va plutôt sur des niches nouvelles, pas encore trop explorées.

Niveau matériel, je vous conseille le post Medium de Matthieu qui explique tout ce qu’il faut pour faire un bon podcast.

En savoir plus :

Quels sont tes podcasts préférés ?

Pour moi, Génération Do It Yourself est le plus sympa.

How I Built this de Guz Ray, un podcast américain sur « les innovateurs, les entrepreneurs, les idéalistes et les histoires qui se cachent derrière les mouvements qu’ils ont construits ».

The Dropout qui raconte la création de Theranos par Elizabeth Holmes en mode série avec des épisodes d’une heure.

Ton rapport aux réseaux sociaux

Que penses-tu des réseaux sociaux ?Comment les utilises tu ?

Je les utilise toujours de manière assez professionnelle.

Twitter, Facebook, LinkedIn, je suis très présent, surtout pour des sujets professionnels.

Je ne publie presque jamais rien de personnel, jamais de photos de voyage, jamais de mes enfants…

Pour moi, les réseaux sociaux sont avant tout un moyen de rester en contact avec mon réseau.

Son rapport aux réseaux sociaux
Quartier de Bushwick, New York

Combien de temps en moyenne chaque jour ?

Tout compris, une à deux heures par jour.

Ton réseau social préféré ?

Twitter parce que c’est le plus rapide à consommer. C’est également là où j’ai fait le plus de « curation » sur les personnes que je suis.

Pour moi, Twitter est le réseau social le plus optimisé entre ce que je trouve et ce que je gagne.

Ton rapport au voyage

Tes 3 coups de cœur en France ? Pourquoi ?

Je suis un grand fan de Marseille. Pendant quatre ans, j’y ai fait mon école de commerce.

Les coups de cœur en France d'Ilan Abehassera du podcast We Are New York
La Côte Bleue, Marseille

La Corse, évidemment. Très, très, belle région où j’ai été quelque fois.

Les Alpes, la montagne. Moi qui habite aux Etats-Unis depuis quinze ans, je trouve qu’il n’y a rien qui arrive à la cheville des Alpes.

A l’étranger ?

Tahoe Lake, qui se situe à la frontière entre la Californie et le Nevada. La région est magnifique, avec un immense lac. Tu peux y skier l’hiver et t’y baigner l’été. Gros coup de cœur.

Shenzhen (Chine), pour les passionnés de hardware.

Ton prochain projet de voyage ? Pourquoi ?

Avec Willo, je bouge beaucoup.

Par exemple, je vais à Louisville dans le Kentucky le mois prochain.

La carte blanche d’Ilan Abehassera du podcast Oui Are New York

Un sujet qui me préoccupe beaucoup en ce moment, c’est le sujet du développement durable.

Surtout, quand, comme moi, on crée des produits physiques.

C’est vraiment très important de se poser la question sur tout le cycle de vie des produits, sur ce qu’ils deviennent lorsque les clients ne s’en servent plus, sur comment on recycle tous les consommables que l’on génère.

Par exemple, nous avec Willo, on a des consommables avec nos produits et on y a énormément pensé.

On a noué des partenariats avec des entreprises qui vont nous aider à tout recycler de manière ultra fluide, sans que personne ne s’aperçoive des déchets qu’ils génèrent.

Le dentifrice qui vient avec le produit est composé uniquement d’ingrédients naturels.

Où retrouver Ilan Abehassera du podcast Oui Are New York ?

Tu peux retrouver Ilan Abehassera et son podcast Oui Are New York sur :

Un grand merci à Ilan pour sa confiance et sa disponibilité. C’était la première fois que je faisais un interview via la retranscription d’un fichier audio.

J’ai fait le maximum pour faire le moins d’erreurs de retranscriptions : noms de société, podcast en anglais…

PS : généralement, j’envoie mes questions aux invités via Google Doc.

Le savais-tu ? Chaque article me prend entre 3 et 4 heures de travail, soit 31,32€ au SMIC horaire net.  Je m’en fiche royalement car j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cet article pour toi. Pour m’encourager, laisse-moi un petit commentaire sur cet article et partage-le avec un ami qui écoute des podcasts. Cela ne te prendra que quelques secondes et cela me fera extrêmement plaisir. En plus, cela aidera mon site a être mieux classé dans Google.

Guillaume Servos

A toi, quelle question aimerais-tu poser à Ilan Abehassera du podcast Oui Are New York ?

Ne me laisse pas toute seule.

Découvre mon interview avec Ilan Abehassera du podcast Oui Are New York. Au menu : son rapport au podcasting, aux réseaux sociaux, au voyage et sa carte blanche.


0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *