Découvre ma balade street art à Besançon dans le Doubs avec en bonus son itinéraire détaillé. Au menu : le festival Bien Urbain, ESPO, Harsa, Hyuro...

Où voir du street art à Besançon ?

Dernière mise à jour le

Temps de Lecture : 7 minutes

Découvre ma balade street art à Besançon dans le Doubs avec en bonus son itinéraire détaillé. Au menu : le festival Bien Urbain, ESPO, Harsa, Hyuro…

Coronavirus COVID-19 : loin de moi, l’envie de dramatiser la situation ou au contraire de la sous-estimer, je vous invite juste à respecter les consignes des autorités compétentes et n’oubliez pas que dans 98 % des cas, tout se passe bien. Pour en savoir plus, www.gouvernement.fr/info-coronavirus.

Si tu es un(e) fidèle du blog, tu sais déjà que ma femme est originaire du Jura (#TeamJura).

Nous avons donc profité du dernier week-end de la 9 ème édition du festival street art Bien Urbain de Besançon pour partir explorer la scène street art et laisser notre fils Théo sur la route à ses grands-parents (#chaleur).

Pendant 2 semaines, conférences, tables rondes et débats autour de l’art urbain et de sa représentation dans l’espace public rythment la vie du festival.

Je ne te parlerai pas ici du festival à proprement dit mais plutôt des œuvres que tu peux voir tout le reste de l’année.

Avant que j’oublie, tu peux aussi découvrir le street art :

PS : tu retrouveras en bonus de fin un itinéraire détaillé de ma balade street art à Besançon à imprimer.

Mini-coup de gueule contre les organisateurs du festival street art Bien Urbain de Besançon

Avant de rentrer dans le détail des œuvres et des street artistes, j’aurai juste deux remarques aux organisateurs de Bien Urbain :

  1. Votre site internet du festival n’est pas optimisé pour les mobiles. Résultat, c’est une vraie galère pour naviguer dessus, notamment dans la rubrique carte.
  2. Votre site internet est très bien mais pourquoi ne pas proposer un itinéraire dans la ville ? Cela faciliterait grandement la découverte des œuvres. Dans le genre, vous pouvez vous inspirer du site du festival de street art de Grenoble qui est un modèle.

Je mesure l’investissement en temps et en argent qu’exige l’organisation d’un tel festival, raison de plus, à mes yeux, de proposer la meilleure expérience-utilisateur possible.

Voila, c’est dit et sinon, un GRAND bravo aux bénévoles.

Le chien d’Escif

Avec ma femme, nous avons vraiment eu un gros coup de cœur pour le chien d’Escif.

Il a su habilement jouer avec la contrainte des deux fenêtres.

Tu aimes le street art ? Viens discuter avec nous sur Discord : https://discord.gg/vxZrcYP. Promis, c’est cool !

Escif envisage ses peintures murales comme des prétextes à l’échange et non comme le simple moyen de décorer la ville.

Pour Escif, le contexte est primordial. L’imagerie est au service du dialogue qu’il souhaite engager avec les passants.

 Le chien d'Escif, 112 rue Battant Besançon pour l'édition 2011 de Bien Urbain
Escif, 112 rue Battant Besançon pour l’édition 2011 de Bien Urbain

Merci Bien Urbain et Besançon pour cette très belle découverte.

La naïveté de la street artiste espagnole Harsa

A quelques mètres du chien d’Escif, tu peux retrouver le travail de la street artiste espagnole Harsa.

Arantxa Recio Parra aka Arsa est une artiste espagnole, tantôt illustratrice, muraliste et graphiste.

Le street art d'Harsa, rue du Petit Battant à Besançon
Harsa, rue du Petit Battant à Besançon

Après ses études d’illustration et de graphisme à Saragosse, elle finit sa formation à Florence en Italie.

En dehors de son travail d’atelier, Harsa participe régulièrement à des festivals d’art et à des expositions collectives ou individuelles.

L'art urbain d'Harsa, rue du Petit Battant à Besançon

La femme-mouton de Huyro à Besançon

Pour la petite histoire, nous avons failli passer devant sans le voir avec ma femme.

En lisant sa fiche sur le site de Bien Urbain, on apprend que Hyuro est une artiste phare du nouveau muralisme. Ne te sens pas bête, je ne la connaissais pas non plus.

Dans son travail, elle aborde avec pudeur l’intime et l’universel. Tension et douceur transpirent souvent de son art.

Avec Hyuro, attitudes et postures en disent bien plus que les yeux ou le visage, qui sont souvent cachés ou délibérément placés hors-champ.

la femme-mouton de la street artiste Hyuro, 37 rue de Fontaine Écu à Besançon (France)
Hyuro, 37 rue de Fontaine Écu (Besançon)

Le street art de Franco Fasoli Jaz

J’ai une confidence à te faire. J’ai raté ce sublime mural du street artiste argentin Franco Fasoli, aussi connu sous le nom de JAZ dans les années 90.

Je te rassure rien à voir avec Will Smith et le prince de Bel Air.

Né dans une famille d’artistes, Franco Fasoli est l’un des premiers street artistes à exercer à Buenos Aires dans les années 90.

Dans un premier temps, il représente les icônes de la culture argentine, puis un large bestiaire, prétexte métaphorique à son discours sociétal et politique.

Franco Fasoli réside entre Barcelone et Buenos Aires.

© Bien Urbain

En savoir plus :

Biographie de Franco Fazoli sur Artsper

Les jeux de mot en graffiti d’ESPO

Stephen Powers aka ESPO pour « Exterior Surface Painting Outreach » aime jouer avec les mots et créer des ponts à double sens entre intime et universel.

Il est l’un des précurseurs du mouvement graffiti à Brooklyn à New York dans les années 90.

Quel bonheur de découvrir ces jeux de mots ! Assurément, notre plus GROS coup de cœur de cette balade street art à Besançon

Les jeux de mot et les graffitis du street artiste ESPO, 1 rue de la Raye à Besançon
ESPO, 1 rue de la Raye à Besançon

Quelques mots, parfois accompagnés d’un dessin, évoquent les :

  • Petits mots d’amour du quotidien,
  • Réflexions qui nous trottent dans la tête…
Le street art et les graffitis d'ESP aka Stephen Powers

Merci au festival Bien Urbain et à Besançon pour cette belle découverte.

A noter que les graffitis en bas du mur ne sont pas d’ESPO mais de divers graffeurs dont Senz.

En savoir plus :

Site officiel d’ESPO (en anglais).

Bonus : l’itinéraire détaillé de ma balade street art à Besançon

C’est bon, tu as enfilé tes plus belles sneakers ?

Le projet Recover the street streets à Besançon
Le projet Recover the streets (Besançon)
  • Point de départ : Rue Antonin Fanart.
  • Dans cette rue, tu peux observer deux murals du street artiste MOMO légèrement délavés.
  • Continue en direction de la rue de la Fontaine Écu et tourne à gauche. Sur la gauche, tu devrais voir la Femme-mouton de Hyuro.
  • Ensuite, continue tout droit jusqu’au boulevard Winston Churchill et tourne à gauche.
  • Sur ta droite, tu devrais tomber sur l’immense street art de Franco Fasoli.
  • Tourne à droite alors sur la rue de Vesoul et continue tout droit jusqu’au parc des Glacis. En chemin, tu devrais voir la fresque de Tellas.

La suite

  • Rejoins la rue Edgar Faure et continue jusqu’à la rue Grapille Battant où tu retrouveras alors le chien d’Escif. Tu me suis toujours ?
  • Descends la rue Battant en direction du centre-ville de Besançon et tourne à gauche dans la petite ruelle Billard. Ouvre bien grand les yeux. Tu devrais voir des trucs plutôt sympas.
  • Prends ensuite à gauche sur la rue du petit Battant. Sur ta gauche, tu ne pourras manquer le sublime street art Harsa.
  • Rejoins les quais de Strasbourg et continue à gauche jusqu’au pont Robert Schwint. Longe alors le Doubs sur ta gauche (à contre courant), dépasse la FNAC et tourne à gauche sur la rue de la Raye (sublime mur d’ESPO).
  • Continue ta balade dans le centre-ville jusqu’au 28 rue Megevand (cour intérieure) avec le sublime street art de 108.
  • Tu peux finir la balade en rejoignant le parc Chamars et le skate park.
Le street art de 108, 28 rue Megevand à Besançon
108, 28 rue Megevand à Besançon

Tu peux également retrouver toutes mes photos de street art à Besançon sur mon Pinterest, dans le tableau Street Art France.

Le savais-tu ? Chaque article me prend entre 3 et 4 heures de travail, soit 31,32€ au SMIC horaire net. Je m’en fiche royalement car j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cet article pour toi. Pour m’encourager, laisse-moi un petit commentaire sur cet article et partage-le avec un ami qui aime le street art. Cela ne te prendra que quelques secondes et cela me fera extrêmement plaisir. En plus, cela aidera mon site a être mieux classé dans Google.

Guillaume Servos

A toi, quelle est ta photo préférée de street art à Besançon ?

Envie de recevoir mon guide gratuit du street art 2019 avec les 100 meilleures photos de l’année ?

Téléchargez maintenant le guide gratuit du street art.

Tu es sur Pinterest ? Moi aussi ! Ne me laisse pas toute seule.

 Découvre ma balade street art à Besançon dans le Doubs avec en bonus son itinéraire détaillé. Au menu : le festival Bien Urbain, ESPO, Harsa, Hyuro...


Also published on Medium.

2 réponses
  1. Geraldine PAQUET dit :

    Merci pour ces partages. Nous sommes devenus récemment amis sur FACEBOOK Je publies souvent sur les photos prisent lors de mes balades, tu en trouveras surement que tu ne connais pas. Cordialement

    Répondre
    • Guillaume Servos dit :

      Ah génial, je vais aller voir ça. Un grand merci pour ton commentaire sinon.

      A bientôt et bon week-end,

      Guillaume

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *