Tu aimes le street art ? Tu es fasciné par Banksy ? Découvre le meilleur de The World of Banksy, l’exposition incontournable à voir à Paris.

Street art Paris : The World of Banksy

Temps de Lecture : 9 minutes

Tu aimes le street art ? Tu es fasciné par Banksy ? Découvre le meilleur de The World of Banksy, l’exposition incontournable à voir à Paris.

Au mois de juillet (2019), mon frère et sa femme (Coucou Nadia) ont eu la grande gentillesse de nous prêter leur appartement à Paris.

Tu me connais maintenant, cela m’a donc permis de me mettre à jour avec la scène street art parisienne.

Découvre ma série complète consacrée au street art à Paris :

Tout savoir sur The World of Banksy à Lafayette Drouot

  • Du 13 juin au 29 septembre 2019
  • Espace Lafayette Drouot (espace-lafayette-drouot.com)
  • 44 rue du Faubourg Montmartre, Paris 9
  • Horaires : du mardi au dimanche de 10h à 18h
  • Prix : adultes 14€, -12 ans 12€
"Si vous êtes fatigué, apprenez à vous reposer, pas à abandonner." The world of Banksy, Paris?
A méditer…

OK Guillaume et que vais-je voir dans cette exposition consacrée à Banksy ?

Après un passage remarqué à Madrid, The World of Banksy débarque à Paris.

Certains prétendent même que c’est la première exposition de cette envergure en France (qualité + quantité).

A vérifier…

Je me méfie toujours de ce genre d’affirmation. Maintenant, tout ce que je peux te dire, c’est que, personnellement, je me suis pris une GROSSE claque.

Sur 3 étages et pas moins de 1 200 mètres carrés, tu peux découvrir :

  • 51 œuvres encadrées prêtées par des collectionneurs anonymes,
  • 42 murs peints par un collectif d’artistes tout aussi anonymes.

L’exposition se revendique très immersive.

Et l’immersion ?

The World of Banksy nous plonge immédiatement dans l’univers sensoriel du street artiste avec ses :

  • Citations les plus marquantes,
  • Propres toiles,
  • Œuvres marquantes peintes par un collectif de street artistes.
"Il y a toujours de l'espoir" The world of Banksy à Paris.
« Il y a toujours de l’espoir »

Rien ne manque (ou presque) de l’univers de Banksy : les rats anarchistes, les chimpanzés hilares, les policiers qui s’embrassent…

“Ils ont travaillé pendant plus d’un mois, jour et nuit à la préparation de cette exposition inédite consacrée à Banksy à Paris “

Haziz Vardar, responsable de l‘Espace Lafayette Drouot.

Et Banksy dans l’histoire ?

The World of Banksy revient sur les pas de l’artiste : de New York à Londres, en passant par le mur Israël-Palestine.

Tu le sais déjà, Banksy adore provoquer, choquer, transgresser les règles…

A ce jour, on ne connaît toujours pas sa véritable identité. Bref, si cela se trouve, tu es Banksy, je suis Banksy ou ta belle-maman est Banksy !

D’après les hypothèses et les suppositions, Banksy serait originaire de Bristol, en Angleterre.

Ma femme prétend qu’il vient du Jura. Pourquoi pas ? Personne ne sait vraiment.

Anti-guerre et révolutionnaire, Banksy utilise son art pour dénoncer HAUT ET FORT son mécontentement envers certains faits de société, certaines situations politiques et certaines décisions prises par les grands leaders mondiaux.

Et sa technique ?

Elles semblent relativement diversifiées.

Apparemment, Il élaborerait lui-même des pochoirs très détaillés.

Ma sélection 100 % subjective

Ici, cet article n’a pas vocation à être un catalogue exhaustif de tout ce que tu vas voir lors de l’exposition « The world of Banksy« , prends-le plutôt comme un teasing.

J’insiste : RIEN ne remplace la visite en chair et os de cette exposition.

Prêt(e) ?

#5 Les rats et Banksy

Les rats inspirent Banksy. Il semble même souvent les associer à la race humaine.

De façon récurrente, il les illustre dans tous les scénarios possibles.

Fuis pendant que tu peux

Par exemple dans « Get out while you can » (Fuis pendant que tu peux), le rat nous prévient que la fin est proche.

Fuis pendant que tu peux.
« Fuis pendant que tu peux » Banksy

Le rat au parapluie

Le rat au parapluie porte une mallette et regarde le ciel, comme il s’agissait d’un homme d’affaires sans scrupules.

Ce street art dégage la sensation, telle une prémonition, que quelque chose va se passer.

Le rat de l’amour

Je ne sais pas toi mais ce rat me fait sourire. On aurait presque envie de lui faire un hug.

Le rat sarcastique de Banksy

Le côté révolutionnaire et subversif de Banksy s’exprime à merveille avec ce rat et ce graffiti.

« Si le graffiti changeait quelque chose, il serait illégal. »

J’ai aussi adoré cette exposition parce qu’elle nous interroge constamment sur :

  • Qui sommes-nous ?
  • Qui voulons-nous devenir ?
  • Quel monde voulons-nous léguer aux nouvelles générations ?

Contrairement à d’autres expositions, nous ne sommes pas passifs face aux œuvres. On a même l’impression que Banksy nous prend constamment à témoin.

#4 Les singes et Banksy

A l’instar des rats, les singes l’inspirent beaucoup également.

« Rigole maintenant mais un jour, c’est nous qui serons au pouvoir »

Dans ce street art, nous pouvons voir une critique directe de la manière dont nous traitons les animaux, notamment les singes.

Entre humour et provocation, Banksy nous prévient qu’une révolution est imminente.

#3 Le pacifisme de Banksy

Dans son street art, on peut souvent voir des messages qui dénoncent les armes et les effets de la guerre, comme par exemple dans « Kids on guns« .

Kids on guns

Ici, nous pouvons observer un petit garçon et une petite fille tenant leurs peluches à la main au sommet d’une montagne d’armes. La fillette tient l’emblématique ballon rouge en forme de cœur.

"Kids on guns" the worlf of Banksy à Paris
« Kids on Gun »

Simple, puissant, poétique, que puis-je rajouter d’autre ?

RIEN.

La fillette qui désarme le militaire

Banksy a cette faculté de nous faire passer en un quart de seconde du sourire à l’indignation, du rire aux vérités les plus dérangeantes.

Comme on le verra plus loin, il prend toujours un malin plaisir à ridiculiser les figures d’autorité (hommes politiques, militaires, policiers…).

Le manifestant qui lance un bouquet de fleurs

« Rage, the Flower thrower » est sans doute l’une de ses œuvres les plus connues.

Créée en 2003 dans les rues de Jérusalem et réalisée au pochoir, elle est symptomatique de son travail qui mélange habilement :

  • Ironie,
  • Poésie,
  • Messages politiques.

En savoir plus :

Dans son livre « Wall & Piece » sorti en 2005 (Guerre et Spray en français), il nous raconte cette tranche de vie avec un palestinien :

« Vous embellissez le mur », ce à quoi il répond : « Merci, c’est gentil ». L’homme lui répond alors : « On ne veut pas que ce mur soit beau, on ne veut pas de ce mur, rentrez chez vous. »

« Rage, the Flower thrower »

#2 Le Wall off Hotel à Bethléem

Dans l’exposition, on retrouve une reconstitution très réussie d’une chambre de l’hôtel Wall Off avec une toile qui dénonce le camp de Guantánamo.

Une chambre du Wall Off Hotel de Bethléem

On a vraiment l’impression d’être transporté à Bethléem. Juste avant d’arriver à la chambre, la section du mur est bluffante de réalisme.

Section reconstituée du mur de séparation israélien

L’objectif du Wall Off Hotel est de raconter l’histoire du mur de séparation. Son argument publicitaire : la pire du vue du monde.

En savoir plus :

Peinture de décoration dans le Wall Off Hotel de Banksy

#1 Un peu d’humour avec le nu de Park Street

A l’époque, ce street art fit couler beaucoup d’encre.

La ville de Bristol tenta même de l’enlever. Heureusement, le conseil municipal vota pour le garder à l’unanimité.

Le nu de  Park Street à Bristol
Le nu de Park Street (Bristol)

Ce street art montre un homme nu, pendu d’une main sous la fenêtre de sa maîtresse, le mari de cette dernière cherchant visiblement le coupable.

Pour la petite histoire, il fut peint sur le mur d’un édifice abritant une clinique sexuelle.

Plutôt rigolo, non ?

Bonus n°1 : Banksy et son aversion pour l’autorité

Tantôt agitateur social ou art terroriste, Banksy est un artiste très engagé.

Il est pour :

  • La liberté,
  • La justice.

Contre :

  • La guerre,
  • La famine,
  • Tous les fléaux causés par l’homme.

Anticapitaliste et pro liberté notoire, Banksy prend un malin plaisir à se moquer plus ou moins gentillement des différents symboles d’autorité (hommes politiques, policiers, militaires, religieux…).

Kissing Coppers

Est-ce que ce baiser passionné est un acte de défiance contre les policiers hétérosexuels ou est-ce juste un symbole des droits LGBTQ ?

Dans le travail de Banksy, on voit souvent l’interprétation qui nous arrange le plus et vu qu’il entretient savamment le mystère…

Chacun se fera son opinion. Personnellement, il me fait beaucoup rire et toi ?

Pissing Guard

A travers toute l’exposition, on sent bien que Banksy profite de la moindre occasion pour déboulonner l’autorité des policiers.

C’est souvent très drôle.

Churchill en mode punk

En 2003, il participe à l’exposition Turf Wars dans un entrepôt de Londres avec des pochoirs, dont le Winston Churchill punk.

Imagine, c’est un peu comme si C 215 dépeignait le général de Gaulle en punk.

Je te laisse imaginer les réactions outrées en France…

Bonus n°2 : The World of Banksy en vrac

Je termine cet article avec des photos en vrac prises lors de l’exposition « The world of Banksy« .

Le cavalier rouge de Banksy

Tu l’as compris. L’exposition est très immersive avec un mélange entre des toiles originales et des reconstitutions des street arts iconiques de l’artiste.

L’enfant et le pneu brûlé

En savoir plus :

L’enfant et la neige

Le savais-tu ? Chaque article me prend entre 4 et 5 heures de travail, soit 31,32€ au SMIC horaire net. Je m’en fiche royalement car j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire cet article pour toi. Pour m’encourager, laisse-moi un petit commentaire sur cet article et partage-le avec un ami qui aime le street art. Cela ne te prendra que quelques secondes et cela me fera extrêmement plaisir. En plus, cela aidera mon site a être mieux classé dans Google.

Guillaume Servos

A toi, que penses-tu de The World of Banksy ?

Envie de recevoir mon guide gratuit du street art 2018 avec les 100 meilleures photos de l’année ?

Téléchargez maintenant le guide gratuit du street art 2017.

Ne me laisse pas toute seule !

4 réponses
  1. Corine dit :

    Bonjour Guillaume,
    Je suis allée voir l’expo que j’ai aimé. Je ne connaissais pas toutes ces oeuvres exposées qui, certaines sont très provocatrices. C’est du Bansky. Les rats, c’est sa signature. Ce n’est pas évident de reconnaitre les originaux des copies qui sont très bien reproduites.
    . Elle est prolongée jusqu’en octobre, je crois.
    Beaucoup aimé ton commentaire sur Churchill et C215.
    Je suis comme vous, septique par rapport aux recettes vu que ce n’est pas lui le commanditaire. Une restropective initié par qui?

    Répondre
    • Guillaume Servos dit :

      Merci pour ton commentaire.

      La provocation est dans l’ADN de Banksy. Concernant la question du commanditaire, je dirai que si tu aimes Banksy ou que tu as envie d’en savoir plus sur lui, c’est une bonne exposition. Pour le reste, c’est à chacun de voir.

      A bientôt sur le blog,

      Guillaume

  2. Fabien dit :

    Elle semble super sympa cette expo ! Je m’interroge juste sur la destination des droits d’entrée, puisque l’initiative ne semble pas venir de l’artiste lui-même

    Répondre
    • Guillaume Servos dit :

      C’est effectivement une très bonne question Fabien. En même temps, Banksy adorant entretenir le mystère, je le voyais mal être directement à l’initiative de l’expo.

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *